Marty McFrey et le vav conversif: de la Téshouva en DeLorean

Shana Tova à vous tous, pour cette nouvelle année 5774 qui vient juste de débuter.
Au-delà des vœux que je réserve plutôt sur mon profil Facebook, je souhaiterais surtout m’attarder sur ce qui devrait occuper l’entièreté de l’existence d’un Juif mais qui étrangement ne sera rappelé qu’entre maintenant et samedi prochain, date du Yom Kippour. De quoi s’agit-il ? Des fameux yamim noraïm, ces jours redoutables où l’on doit précisément redoubler d’effort pour s’amender et s’améliorer, bref, pour faire ce que l’on appelle : Téshouva.
Ah la Téshouva ! Marronnier de la grande majorité des divrei Torah (sermons), employé à l’envi pour souligner le « retour » toujours possible du juif à une pratique conforme et surtout, surtout au Pardon immédiat inclus dans le forfait.

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :