Lorsque la torche algéroise reprit le flambeau des Maccabés

davidgoliathLa fête de H’annouca célèbre historiquement  la victoire du petit peuple Hasmonéen  contre le puissant régime grec Séleucide à l’époque du deuxième Beth Hamiqdach. Dans le paragraphe que nous rajoutons dans nos prières (Amida et Birkat haMazone) nous lisons notamment le passage de ‘Al Hanissim qui énonce d’abord :

« Nous [Te remercions] pour les miracles, pour la rédemption, pour les forces et les actes de salut, et pour les merveilles que Tu as réalisés pour nos pères au cours de ces jours, à notre époque (bazman hazé) »

puis, la louange se poursuit :

« Tu as livré le puissant aux mains du faible, les nombreux aux mains des peu nombreux, les impures aux mains des purs, les impies aux mains des pieux, et les pêcheurs aux mains de ceux qui s’attachent à la Ta Torah »

Bazman hazé

Cette histoire nous la connaissons tous.

Mais réalisons-nous tous très bien que cette histoire, précisément celle du miracle divin qui permet au petit de triompher face au grand, nous poursuit jusqu’à aujourd’hui ? Que la formulation « bazman hazé-à notre époque » relève davantage de la Prophétie pour les générations futures que du constat pour les succès militaires passés ?
Ne commence-t’elle pas d’ailleurs, cette histoire, avec Avram contre les quatre Rois qui avaient pris son neveu Lot en otage ? Ne se prolonge-t’elle pas encore avec l’épisode de David contre Goliath ? N’at ‘elle pas failli se reproduire à Massada ? Et que dire aussi de la Guerre des Six Jours ?

Et à ce titre j’aimerais rappeler la mémoire de certains héros juifs qui, à plus d’un titre, sont les dignes héritiers de Yehouda Hamakabi .

Lire la suite

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :