Lorsque la torche algéroise reprit le flambeau des Maccabés

davidgoliathLa fête de H’annouca célèbre historiquement  la victoire du petit peuple Hasmonéen  contre le puissant régime grec Séleucide à l’époque du deuxième Beth Hamiqdach. Dans le paragraphe que nous rajoutons dans nos prières (Amida et Birkat haMazone) nous lisons notamment le passage de ‘Al Hanissim qui énonce d’abord :

« Nous [Te remercions] pour les miracles, pour la rédemption, pour les forces et les actes de salut, et pour les merveilles que Tu as réalisés pour nos pères au cours de ces jours, à notre époque (bazman hazé) »

puis, la louange se poursuit :

« Tu as livré le puissant aux mains du faible, les nombreux aux mains des peu nombreux, les impures aux mains des purs, les impies aux mains des pieux, et les pêcheurs aux mains de ceux qui s’attachent à la Ta Torah »

Bazman hazé

Cette histoire nous la connaissons tous.

Mais réalisons-nous tous très bien que cette histoire, précisément celle du miracle divin qui permet au petit de triompher face au grand, nous poursuit jusqu’à aujourd’hui ? Que la formulation « bazman hazé-à notre époque » relève davantage de la Prophétie pour les générations futures que du constat pour les succès militaires passés ?
Ne commence-t’elle pas d’ailleurs, cette histoire, avec Avram contre les quatre Rois qui avaient pris son neveu Lot en otage ? Ne se prolonge-t’elle pas encore avec l’épisode de David contre Goliath ? N’at ‘elle pas failli se reproduire à Massada ? Et que dire aussi de la Guerre des Six Jours ?

Et à ce titre j’aimerais rappeler la mémoire de certains héros juifs qui, à plus d’un titre, sont les dignes héritiers de Yehouda Hamakabi .

Lire la suite

« A mort les juifs » ou  » Les juifs ne sont pas morts » ?

Il y a de cela presque vingt ans, sur TF1 en deuxième partie de soirée, collégien, je me souviens parfaitement d’une série de reportages par Serge Moati. « La haine antisémite ». Parmi les intervenants Alain Finkielkraut répondait à la question: « qu’est ce qui différencie un nazi d’un néo-nazi ? ». Sa réponse m’a marqué jusqu’à maintenant.

Un Nazi était celui qui clamait  » A mort les Juifs »
Un Nazi contemporain, lui ce serait plutôt « Les Juifs ne sont pas morts »
Et donc, cela change tout. Il y a une anomalie. S’ils ne sont décidément toujours pas morts, c’est que la méthode allemande n’était pas complétement efficace. Qu’il fallait recommencer en améliorant la technique. S’ils ne sont pas morts, c’est que l’approche germanique était trop frontale, trop ouvertement radicale. S’ils ne sont pas morts, c’est de notre devoir de venir et de finir le travail, autrement, en débarassant l’humanité de sa composante juive. Définitivement.

Le texte qui va suivre n’est pas écrit dans un climat serein. Il est signé à l’encre de l’exaspération, de la colère, de l’abattement et de la tristesse. S’il heurte des esprits consensuels, chagrins ou fragiles, je ne m’en excuse pas.
Pas maintenant en tous cas.
Pas après ces dernières heures.

Lire la suite

En fait, il y a bien pire que PIE XII

Je m’étendrai prochainement sur le débat qui est lancé au sujet de la béatification de PIE XII, le pape silencieux, qui a entre autre exercé son pontificat pendant le Seconde Guerre Mondiale.

Il y a en effet beaucoup de choses à dire. Et du pas toujours plaisant.

Mais là, aujourd’hui ce qui m’exaspère c’est cette diabolisation de l’église catholique par une tendance politique radicalement à gauche – étrangement la même qui soutient (et le mot est faible) les organisations terroristes palestiniennes ou assimilés (CAJPO, LesOgres, Europalestine…).

Alors, juste un petit diaporama de ceux qui étaient les alliés heureux d’Hitler. Et notamment un représentant religieux, qu’étrangement, tout le monde semble avoir oublié. Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :