Un F-16 nommé Désir : la naissance de la Mort

(A la mémoire d’Élie, fils de Saada – Léïlouï Nichmat Eliyahou ben Saada)

Ça sent l’urine. La sueur. Et le parfum de femmes mûres. On vous presse l’épaule, le genou, le dos. Ça baille tellement. Le moldo-slovaque chante en italien. Ou en espagnol – peut-être, on ne saurait dire en fait. Son rythme Bontempi est lénifiant. A la faveur de la prochaine correspondance, peut-être aurez-vous la chance de subir les mélopées du violoniste roumain sur un air de Gloria Gaynor…
Vous êtes bien dans le métro parisien. Quand je dis « bien » c’est une façon de parler, puisqu’en réalité c’est tout l’inverse. Comme toutes les heures, c’est l’heure de pointe. Vous ne pouvez pas vous concentrer sérieusement et vraiment étudier…Alors, allez-vous vous résigner et perdre ces 2h00 de transports quotidien ? Lire la suite

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :