Fable : La Sénatrice et les bovins ou Le Carnivore étiqueté

Chauveau_-_Fables_de_La_FontaineJe me lance, en cette période estivale propice à la poésie, à un petit exercice.
Bien entendu, toute ressemblance avec des événements ou des personnages de l’actualité ne seraient que purement fortuits.

Madame la Sénatrice des Huns
Qui n’écoutait jamais les autres
Se découvrit un beau matin
Un rôle de nouvelle apôtre

Faisant électoralement ses emplettes
Fervente mais discrète amie des bêtes
Ses étonnant soutiens Dieudonnistes
Front de Gauche et B.B istes
N’eurent pas de mal à persifler
Combien la Shrita les éraflait

Fonctionnaire inconnue et butée
Obscure anonyme au fond d’une Assemblée
Histoire pourtant de bien sortir du tas
Trouva opportunément son noble combat

Sans compromettre salaire ni carrière
De beaux sondages à la lisière
Des entrevues et des photos :
La célébrité pour les originaux !

Lorsqu’un médiocre site de quidam
Murmura, sournois, à la naïve Dame
Sur fourberies, malversations et sionisme
Vieux stéréotypes outrageant du Judaïsme

« Tout se tient » lança-t-elle alors
Cruauté et détournement en pays tricolore
« Ce lobby étranger sera vite aux oubliettes
Quand viendront enfin mes étiquettes »

Las, d’intelligence et de lumière
Son pauvre esprit n’en aimait guère
Confusion, obstination et bêtise
Sa place était-elle en psychanalyse ?

Mathématiques, logique ou raison
N’étaient pas non plus de ses passions
Manipulant plutôt les grandes émotions
Elle préféra s’en prendre « bêtement » à Sion

Ni pourcentages ni déclarations d’experts
Ne pourraient la faire changer d’air
Pourquoi diantre écouter les scientifiques
Alors qu’il suffit d’être démagogique ?

S’il est vrai que l’animal vous est si proche
Comment vivez-vous, Madame, sans anicroche
Vos ripailles de gibiers, huîtres et homards
Sans que vous ne soyez envahis de cauchemars ?

Comment tolérez-vous en vos sous-bois
Les festins de poulets en cage, et le gavage d’oie ?
Amnistiant derechef crustacés, Réveillon et Corrida
Vous penser ce faisant étiqueter au moins Al-Qaida ?

Cuir a vos souliers, et sur vos riches canapés,
Le confort bourgeois vous aura certes aveuglé
Étourdissements ratés, promesses de s’améliorer
Suffiront étonnamment à vous abuser
Mais animaux et mineurs, dans la même souffrance
Se rejoignent au labeur, malgré votre silence

Avant donc de vous occuper du marginal,
Commencez plutôt par le gros principal.
Vous croyez ici montrer votre grand cœur
Or votr’ ignorance étonne jusqu’à vos chroniqueurs

Rigueur, cohérence et honnêteté
Est ce trop, vraiment, vous demander ?
Quoiqu’ inédites vertus, rassurez-vous
Elles n’obscurciront point vos interviews

Navrance enfin,que d’un Palais de la Nation,
Soit rétribuée une servante avec si peu de raison
Mais, la liberté de conscience y survivra,
Quoiqu’en dise un membre -temporaire- du Sénat !

Publicités

« Prie avec des juifs et travaille avec des goyim »

restaurant-luxe
Petite note qui a pour titre ce que l’on m’a répété depuis des années…
Il y a moins d’une heure, mon entreprise a décidé de ne pas collaborer avec une petite structure que j’avais « privilégié » parce qu’entre nous ses dirigeants nous paraissaient compétents (et qu’en plus pour moi ils étaient 100% yid).

Petit projet certes mais en ces temps de vaches maigres, pénétrer un grand compte, ça aurait dû normalement les motiver à une rigueur de circonstance…Que nenni ! Entre les retards aux rendez-vous, les dossiers bâclés (avec hénaurmes fôtes d’aurtograffes), les négociations dignes d’une parodie limite antisémite des années 80 à côté de laquelle « La vérité Si Je Mens 1 » est un documentaire d’une soirée Théma d’Arte, je dois bien admettre que la sentence de mes supérieurs est juste: on ne fera pas affaire ensemble…On va leur préférer un bonne petite agence, sérieuse, efficace, humble, un chouia plus chère ..mais avec la tranquillité de l’esprit. Et 100% pur porc. Lire la suite

Balance et concision…

balance-obesePetite réflexion à ma femme hier, pendant une pause-bricolage:

« – En fait le Peuple Juif, c’est comme une balance pour une obèse : elle révèle les manquements et les excès de son utilisatrice qui se venge par un bon coup de pied ! Sa rage est dirigée contre l’instrument de mesure un peu comme elle casserait un thermomètre parce qu’il indiquerait une fièvre la veille des vacances. Les Nations seraient grossièrement ces personnes qui se défoulent de leurs folies (capitalisme, communisme, monarchisme, nazisme…) sur le dos des juifs, inoffensifs révélateurs…Plus vraiment boucs émissaires donc, mais plutôt instrument de mesure  et miroir de la moralité et de l’éthique de la société….Tiens, tiens je devrais peut-être écrire là-dessus, qu’est ce que t’en dis ? »

« – Ben oui exactement, t’as qu’a écrire ce que tu viens de me dire, ce sera parfait ! »

« – Tu crois ? mais ça va être trop court pour mon blog ! »

Et là, se retournant et s’éloignant dans le couloir, elle lève ses bras et sa tête et déclame :

 » – Enfin ! Chééh’yanou ! »

Voilà, je lui devais bien cette petite note, courte, à elle, qui ne cesse de me répéter que mes textes sont trop longs, trop confus, et trop difficiles 😉

Toi aussi anime un Dvar Torah applaudi par les plus Grands !

Un Rav de Bne Brak est venu vendre son livre dans notre synagogue. Un « best seller » en hébreu et en espagnol disponible enfin en français d’après la couverture ! La bande-annonce sous forme de dvar torah (sermon talmudique) était alléchante dans les tout premiers instants: l’homme charismatique s’exprimait très bien en français, les questions qu’il soulevait- quoique connues- étaient rondement amenées. Hélas, les réponses étiolées en longueur étaient pour le moins…hallucinées. La structure du discours était décousue. Pour tout dire, je m’abandonnai même à de criminelles attaques: « c’est à croire que ce type aime vraiment s’entendre parler ! »

Pour autant, son bouquin à 20€, je l’ai acheté – à la faveur d’une indulgence bisounoursienne chronique et de askamot (approbation) dithyrambique de grands rabbanim francophones.

Or les premières impressions sont toujours les meilleures, surtout quand elles sont mauvaises: à la lecture ce ne fût que verbiage, registre lexical soutenue et hyperbolique, aucune rigueur de fond, redite et paraphrase longues comme 8 jours sans pain, citations non sourcées, coquilles – et même et même- redondance du même chapitre écrite sous deux formes (sic) en utilisant apparemment un dictionnaire des synonymes – prouvant l’absence totale de relecture.

Ma question était alors double:

  1. Comment des rabbanim peuvent soutenir un tel brouillon – d’apparence si belle toutefois ? L’ont ils au moins lu ? Ouvert ?
  2. Ce Rav de Bné Brak, avec un pedigree considérable, se satisfait-il de cette « oeuvre » sous forme d’un beau vernis insipide ?

Du coup je me suis dit que finalement ce n’était pas si difficile d’écrire un « best-seller » !
Ma méthode est infaillible : Venez découvrir la langue de Bois Lamehadrin !

Lire la suite

Les Vacances d’été: quel boulot !

J’aurai pu intituler ce billet « Indiana Jones et l’Autoroute du Soleil » tant il est vrai que préparer des vacances, surtout des vacances casheres, en France ou à l’étranger, s’apparente à un feuilleton d’aventures avec de multiples rebondissements.
A la limite, comme dans la série Colombo, on connait tout de suite la victime, années après années:
Votre portefeuille.
Mais là où c’est original, c’est que les meurtriers changent tout le temps. Avec notre consentement en plus. Et toujours avec le sentiment diffus de s’être fait charcuter par un bourreau qui a au moins du cœur, tétanisés que nous sommes de tomber entre de mauvaises mains sanguinaires et sadiques venues gâcher cette sacro-sainte période…
Elle est bien finie l’époque de vos vacances entre potes, célibataires, organisées à l’arrache avec trois francs six sous, et éclats de rire en bonus. Parce qu’avouons-le tout de suite : les meilleures vacances c’est entre potes et célibataires ! Après, disons que c’est plus angoissant :
En pleine maturité de la trentaine, avec une compagne et sans doute des enfants, tout repose sur vos épaules. Pas le droit à l’erreur donc.

Ça y est, vous la sentez la pression estivale ?

Lire la suite

Pessah’ Exceptionnel !!!

Wonder Eshet H’ayïl…

Billet Express ! Ce soir, comme chaque année, c’est l’élection de Miss France. Ca fait bien longtemps que je ne perds plus mon temps à écouter une provinciale de 22 ans en BTS Coiffure & Communication ânonner avé l’assent  les raisons qui font que c’est un rêve de petite fille qui se réalise – l’oeil gauche dilaté par l’allergie avec le mascara excessif, contracté en direct . Cet étalage de viande sponsorisé par des fabricants de maillots de bains, de parfums, de bijoux et d’automobiles est toujours frustrant pour tout le monde. D’abord pour toutes les autres régions qui ne verront pas leurs ambassadrices de charme remporté les suffrages. Ensuite pour le jury qui ne pèse que pour une part du vote. Puis pour les téléspectateurs qui ont payé un SMS surtaxé quand ce n’est pas Monsieur qui ne peut pas s’empêcher de comparer ce qu’il y a à l’écran avec ce qui se vautre dans son canapé…A la limite les seules personnes satisfaites sont les publicitaires et les parents de la Miss qui sont si fiers que leur fifille ira faire l’inauguration de la Foire à la Cochonaille en Poitou, entre deux sponsoring d’un balai brosse ou d’un bracelet magnétique aux vertus amaigrissantes. Cette reine d’un soir, Miss France, n’est pourtant pas de taille en comparaison de la Reine que nous fêtons tous les vendredis soirs au son d’une mélodie autrement plus émouvante que celle censée emporter nos sens devant ces incarnations de géographies administratives… Lire la suite

Cupidon n’a jamais passé le permis accompagné…

Mazal Tov ! Ça y est. Vous êtes en couple. Mais pour vous deux, c’est du sérieux. Avec 50% de divorce à Paris, vous êtes motivés à vouloir rester du bon côté de la statistique jusqu’à 120 ans. Vous êtes passé au début par tous les grands classiques pour vous préparer à affronter la vie en commun (« Les Hommes viennent de Mars… », « Les secrets des couples qui marchent », Séminaires « H’atan véKala » du Rav Lemmel…). Ce ne fut pas facile au début. Ah ça, chacun de son côté, vous avez fait des efforts. Survécu, parfois, à des trucs de ouf, infligés par l’Autre, que vous ne pensiez même pas possibles (genre laisser les chaussettes trainer plus de 15 secondes où être capable de brûler une daf‘ le chabbat midi – avec des H’allot pas cuites, elles). Vous entamiez, cependant, les années aidant, de plus en plus confiant vos marches vers l’Olympe de l’Entente Conjugale parfaite. Malgré les disputes, les malentendus, la mauvaise foi, le *révisionnisme* sur d’anciens dossiers, les enfants qui viennent compliquer la donne. Mais armés de votre volonté, vous ne perdiez jamais espoir. Sauf que…Rien, je dis bien, RIEN ne vous avait préparé à ce qui vous attendait. L’Armageddon du couple. La bombe sale de l’amour. La décharge cyanurée contre votre sang-froid et votre langage mesuré…J’ai nommé (brrr…j’en frémis encore) : Le Permis de Conduire Accompagné de Madame !!!

Lire la suite

La virgule Talmudique

Il m’est arrivé récemment d’avoir une discussion très sérieuse avec une collègue assez calée niveau cathé. Catholique pratiquante, enfants en école privée, messe dominicale, carême et week-end au Vatican chaque année. Notre discussion portait sur la lecture ‘commune’ de *l’Ancien Testament* et elle maintenait que l’interprétation qu’en donnait sa chapelle altoséquanaise, strictement fidèle au texte de l’Écriture Sainte, était par conséquent fidèle au Message de Dieu. Elle m’avoua qu’elle ne pouvait pas comprendre comment on pouvait faire dire autre chose au Texte, surtout quand c’est si clairement écrit. Lorsque je lui répondis que grossièrement la Loi écrite n’était qu’une sorte de pellicule photographique qu’il fallait faire développer, grâce à la Loi orale,  pour en contempler le contenu, j’ai perçu comme une distance, respectueuse mais condescendante. C’est alors que Maurice Druon vint à ma rescousse… Lire la suite

Le défilé du Créateur

Nous allons lire dans quelques jours la paracha (péricope) de Béréchit (la Genèse), qui nous conte entre autre la faute d’Ève puis d’Adam et qui les verra expulsés du Jardin d’Éden. Mais aussi, c’est la parasha nous narre la première confection de vêtement de l’Histoire. Depuis lors, il est de notoriété publique que les juifs ont toujours eu une longueur d’avance sur les autres en ce qui concerne les vêtements, surtout ceux des femmes. Ne dit-on pas que les trois fêtes juives les plus importantes sont Rosh Hashanna, Kippour et le Salon du prêt-à-porter ?
C’est pourquoi je me suis amusé, en cette période aussi des défilés de mode à Paris, Milan, New York et Londres, à tenter de relater les 7 jours de Création sur le mode…de la mode !

Lire la suite

La vie n’est qu’une hystérésis…

Ami lecteur, toi qui n’a peut-être pas eu la chance de faire de VRAIES études, je veux dire scientifiques ;-), n’aie crainte. Le titre de ce billet est loin d’être une insulte contre cette chienne de vie. Ce n’est pas non plus une classification médicale sur les malheurs de l’existence. Non, il évoque plutôt un graphe bien connu des ingénieurs et qui a la forme ci-contre :

Comment la lire ? Très simplement: passé un seuil, on change de palier. Mais ce n’est pas symétrique, c’est-à-dire que si l’on fait « marche arrière » et que l’on revient en deçà du seuil, on se maintient sur ce palier encore un peu…avant de retomber. Il y a un décalage entre l’effet et sa cause.
C’est une forme – dans tous les sens du terme – d’injustice puisqu’il n’y a pas d’équité dans le comportement et la valeur du seuil. On parle alors de non-linéarité.

Lire la suite

Sans haine, la paix est possible !

Hier soir, j’ai commencé  « Les juifs d’Afrique du Nord – de Didon à De Gaulle » de Sarah Taieb-Carlen. Au détour des premières pages, j’ai eu une révélation disons typographique.
Je m’explique. Cet ouvrage, préfacé par l’ex-Grand Rabbin de France Rav Joseph Haïm Sitruck, relate l’épopée des populations juives présentes sur le bassin méditerranéen et plus spécialement sur ce qui allait devenir le Maghreb (Maroc, Algérie, Tunisie) depuis l’Antiquité et jusqu’après les conquêtes arabes au 8e siècle.
Et là, tout à coup, l’illumination ! Lire la suite

Petit Jeu d’été: Qui suis-je ?

Comme c’est bientôt la fin de l’été et qu’on ne puisse pas dire qu’il ait été particulièrement ensoleillé pour faire brunir tous les p’tits blanc-becs parigots, je me propose de vous faire deviner le nom d’un personnage, haut en couleur, uniquement en ne reprenant que quelques-unes de ses déclarations.

Vous êtes prêts ? Ah oui, pour épicer un peu le tout, je me suis permis de changer quelques termes, mais l’intention est là.
Je vous le promets.

Allons-y !

Lire la suite

En Galout, trois semaines durent une vie entière…

Alain Delon fixant Jean-Claude Brialy, tous deux jeunes fringuant dragons dans le nanar rose bonbon « Christine » avec Romy Schneider, lui explique comment avec sa maîtresse – une femme mariée évidemment, Vive la France ! – , au début de leur passion qui s’étiole à présent, « six mois passaient comme une semaine alors qu’aujourd’hui une semaine est aussi longue que six mois« . La bagatelle est toujours plus charmante pour décrire ce qu’Einstein et ses confrères mettront encore quelques décennies à modéliser de manière plus indigeste. Oui le temps, relatif comme tout le reste, c’est d’abord ce qu’on en fait. Ou ce que l’on en subit: se faire plomber une carie peut sembler durer des heures tandis que passer une bonne nuit de 8 heures dans un lit moelleux ne durerait que le temps d’un rêve (Cf. Inception pour les plus incrédules).
Mais même au sein du calendrier juif, la perception du temps peut-être décorrélée de sa durée réelle.
L’exemple le plus célèbre reste celui de Jacob:

« Jacob servit, pour obtenir Rachel, sept années et elles furent à ses yeux comme quelques jours, tant il l’aimait. »(Ber, 29-20)

Il y a, cependant, aussi un autre évènement dont j’aimerais vous parler, et qui à la réflexion  mérite amplement de figurer dans cette problématique de perception ressentie vs. la durée réelle.
Lire la suite

Lune de miel & hypermarché

L’approche de la fête de Chavouot nous rappelle que l’on célèbre les épousailles entre le peuple d’Israël et Dieu. La Tradition séfarade, au moment de l’ouverture du Hékhal (arche), impose même la lecture de la « kétouba » qui est le contrat de mariage que chaque couple juif possède depuis le jour fatidique où les deux inconscients se sont dit « oui ». En réalité, en h’outs laarets (en dehors d’Israël) où 2 jours de fêtes sont consacrées à cette fête, on lit même 2 kétouvot.
Le premier jour pour associer Dieu, le marié, aux Enfants d’Israël, la future épouse. Et le lendemain pour unir cette fois-ci le peuple hébreu, l’homme, à la Torah, représentant la femme.
Une sorte de ménage à trois qui à été officialisé ce fameux 6 Sivan, en l’an 2448 après la Création, devant 600 000 hommes soit environ 4 millions d’individus (femmes, enfants et vieillards compris).
C’est aussi  normalement le début de la Lune de Miel même s’il serait judicieux de remplacer le nectar de Rosh Hashana par un Cheesecake de circonstance. Lire la suite

Pete Sampras et Mike Tyson sont sur un ring…

Savez-vous ce qu’est un cross-over dans le monde des jeux vidéos ?
C’est lorsque l’on mélange des personnages venant d’univers différents, essentiellement dans les jeux de combats. Par exemple: Namco X Capcom, Marvel vs. Capcom, ou Mario & Sonic aux Jeux Olympiques. Ceux qui s’y sont amusés vous le diront :
Une fois identifié comme tel (et dans un jeu de combat, cette question ne se pose même pas), il faut nécessairement jouer le jeu de votre adversaire. Il faut obligatoirement suivre les règles forcément offensives de votre ennemi. Ce n’est pas très gentleman ? Certes, mais quand en face de vous éructe 120 kilos de muscles pour quelques grammes de cervelle, la bienséance s’efface logiquement devant l’instinct de survie.

Mais dans la vraie vie, à quoi cela pourrait-il bien ressembler ? Et surtout peut-on arriver aux mêmes conclusions et appliquer les mêmes attitudes ‘primaires’ qui font le délice des gamers ? Y aurait-il une place pour, par exemple, la stratégie à trois bandes, la condescendance, le pardon, la pitié… bref, est-ce qu’autour de nous un combat réel opposant deux adversaires féroces se déroule autrement que par une confrontation bestiale, violente, viril que Bison oppose à Riuy dans un splendide Street Fighter IV Arcade Edition ?

Tentons l’exercice.

Imaginez donc Pete Sampras, le tennisman le plus titré de l’histoire de ce sport. Armé d’une raquette en fibre de carbone pesant moins de 350 grammes, et toujours aussi svelte, il est jeté sans ménagement sur un ring avec en face de lui un Mike Tyson de la belle époque, celui qui bouffait une oreille de Evender Holyfield à chaque round, histoire d’humer le goût métallique du sang. Soufflant comme un taureau avant l’estocade a recibir , les artères à fleur de peau,  plus transpirant que ce que l’éponge de Don King son manager ne peut en absorber. Avec un œil du tigre plus proche de celui d’un cyclone que du félin subitement beaucoup moins menaçant que la brute qui fait face à l’élégant (quoiqu’inconscient) Sampras.

Lire la suite

Otto Dikté. Ach, schön, schön…

Alors voila, je me l’étais promis.

Flashback:

Bel après-midi de Dimanche. Je digère, repu, ma brick à l’œuf au thon.
J’ai encore de la sauce tomate des spaghettis aux coins des lèvres.
« Incroyable mais Vrai » de Jacques Martin vient de se terminer. « Magnum » va commencer.
Et mes GI Joe réclament une mission spéciale dans le bac à sable du parc.
J’ai 6,7,8 et 9 ans (oui absolument, je fais ce que je veux).
Mes cousins sont déjà dehors, jouent au foot et tirent les cheveux des filles qui leur tirent la langue.
Le début de l’art subtil de la séduction en somme…
les oiseaux gazouillent.
Le ciel est bleu.
Le soleil brille.
C’est un beau printemps qui s’annonce.
Sauf que…

Lire la suite

C’est idiome !

Ma belle-sœur a partagé récemment la petite aventure qu’il lui est arrivé la semaine dernière avec ses collègues goyot au travail. C’est arrivé au moins une fois à n’importe quel juif évoluant parmi ceux qui ne le sont pas.

Elle mangeait son sandwich avec ses collègues quand tout à coup l’une d’entre elle a manqué de s’étouffer avec le sien. Lire la suite

Burkamouflage !

En regardant cette image, prise cette semaine dans les rues de Sanaa, au Yémen, où des femmes ont manifesté pour obtenir le départ du président Ali Abdullah Saleh, je me suis mis à plaindre les forces de l’ordre en Libye ou en Iran par exemple. Attendez, ne partez pas encore! Je vais vous expliquer: Oui, je les plains, car tous ces pays où la dictature règne sans relâche ont révélé pourtant une jeunesse suffisamment courageuse pour défiler et manifester pacifiquement leur rejet du pouvoir.

Courageuse cette jeunesse, certes. Mais pas folle: mettez-vous à la place du chef de la répression locale et allez identifier les manifestants ! Lire la suite

Humour juif : le secret de la Révelation ?…cent blagues !

Je viens de lire un article sur slate qui traite de la naissance de l’humour juif. A la vérité j’ai peu appris, sauf sur un personnage dont j’ignorais l’existence jusqu’à présent et dont je ne sais probablement pas bien prononcer le nom: le Badkhn.
Mais cet article m’a au moins rappelé à cette valeur constante qui se trouve dans le judaïsme: l’Humour. Lire la suite

Les Mormons et le Valhalla

Vous savez sans doute que les Mormons sont passés les leaders mondiaux en recherche généalogiques. Ils cherchent, trouvent puis recopient tous les actes de naissances, de décès, les lieux correspondants, les livrets de familles de tout le monde et partout où c’est possible, et ce, à l’échelle mondiale.
Non-stop.

Pourquoi ? Pour offrir aux âmes défuntes un baptême posthume. Histoire de sauver ces malheureux réduits à l’impuissance et de les préserver de l’enfer ou au mieux des limbes;  et favoriser ainsi le chemin vers le Paradis. Celui des bons chrétiens évidemment.

Lire la suite

La tentation du juif éclairé

Lorsqu’on se réveille sur son judaïsme, comme moi, bien tard et qu’il faille alors entamer un ‘rattrapage’ asymptotique, il est un écueil qu’il faut absolument éviter si l’on souhaite conserver son esprit ouvert et éviter de l’obstruer par un illusoire orgueil. C’est ce que j’appellerai la tentation du juif éclairé. Lire la suite

Effet nocebo

Une synagogue ouvre dans votre quartier ? Un voisin *israélite* s’installe dans votre immeuble ? un restaurant casher inaugure son nouveau bar à sushis ? ça y est vous vous sentez mal…vous suez à grosse goutte, vous avez peur.
Bien sûr l’immobilier vient de bondir de 10% et les commerçants du quartier se frottent les mains de la manne qui les attend. Mais vous, vous ne savez pas trop pourquoi, vous êtes anxieux. La gorge sèche vous revoyez défiler devant vos yeux subitement cernés tous les poncifs du « juif » qui s’installe : Lire la suite

Le don d’ubiquité maitrisé depuis longtemps par les americains !

Et voilà, le monde entier s’est encore fait griller la politesse par les américains. Après avoir posé les premiers pas de l’homme sur la Lune, fait exploser la première bombe atomique, et démocratiser les premiers l’obésité infantile, voilà qu’ils n’ont plus aucun problème à être en de multiples endroits à la fois. Quatre états différent pour être précis. Et le pire, c’est que ça fait des siècles qu’ils le peuvent ! Lire la suite

Grâce à Vista, j’ai découvert Ubuntu. Merci qui ?

Il y a environ 2 ans je cassai ma tirelire pour offrir à mon foyer un portable dernier cri, écran de 17 pouces, clavier ergonomique avec pavé numérique, pléthore d’applications embarquées…Son seul défaut pensai-je à l’époque était que ce n’était pas un Mac ( puisque jusqu’à aujourd’hui je n’ai pas encore gagné à Euromillions).

Erreur. Il avait un autre défaut. Énorme. Gigantesque. Fatal… Lire la suite

30 millions d’amis ou de mitsvots ?

Avouons le tout de suite: se lever le matin une bonne heure avant les autres pour aller prier avec minyan (quorum de 10 hommes) à la synagogue, c’est dur. Très dur. Lire la suite

Merci WordPress !

Je m’étonne de voir que  mon post de ce matin affichait déjà ce midi un nombre de lectures auquel je n’étais pas habitué.

En voici une des raisons:


Merci WordPress !

Un 2 février qui a duré…

Vous vous rappelez du film « Un jour sans fin » avec l’impeccable Bill Murray et la magnifique Andie MacDowell ?
L’histoire d’un présentateur météo qui est condamné à revivre la même journée, celle dite « de la marmotte » (Groundhog Day – d’ailleurs titre du film en V.O), dans un village perdu et enneigé , Punxsutawney en Pennsylvanie ?

Eh bien cette journée, c’est précisément, le 2 février (qui correspond à la Chandeleur dans nos régions).

Question: Combien de fois Phil Connors, le personnage joué par Bill Murray, a-t-il revécu cette journée ?

Lire la suite

je suis papa mais content

(dédié à ma femme qui subit tous les jours ce qui me tuerait sur l’heure)

La rue. Les passants qui passent.Votre enfant qui marche.Vous.Jusqu’ici tout va bien.

Un manège au loin.Votre enfant qui le fixe.Vous qui pressentez le drame. Tâtez vos poches. Et pressez le pas. Jusqu’ici tout va encore bien.

Trois syllabes qui percent le bruit ambiant. « Ma-nè-geuhhhh ».Vous qui n’avez plus de monnaie. C’est officiel. Votre enfant qui s’en moque.Vous qui redoutez. Et c’est là que tout s’enchaine…

La rue. Les passants qui ne passent plus. Qui regarde. Qui vous regarde. Votre enfant. Par terre. Gesticulant en rythme avec ses décibels de Castafiore. Vous. Qui implorez. Sourire poli. S’excusant du regard. Froncement  timide des sourcils. Menacez sans conviction. Ridicule, vous êtes.

Lire la suite

Ca ne rime à rien…

Connaissez vous le point commun des mots :

« quatorze« , « quinze« , »triomphe« ,  « simple« , « pauvre« , « meurtre« , « monstre« , « belge« , « goinfre » ou « larve » ?

Lire la suite

Une charité (belle et) bien ordonnée

J’ai souvent l’occasion de dire combien parfois la traduction des mots hébreux, en particulier en français, porte en elle une signification  à l’opposée des notions hébraïques qu’elle est censée décrire. Une exemple classique sur le mot « tseddaka » traduit historiquement par « charité ». Nous allons voir que l’écart frise l’antinomie. Pourtant comment reprocher à des traducteurs de nommer ce qui apparaît comme identique dans les deux langues : quelqu’un dans le besoin quémande de quoi vivre à son prochain qui y pourvoie ou y contribue ?

Lire la suite

Et votre judaïsme, c’est du Full-HD en zone (dé)groupée ?

Il m’est arrivé une fois d’être chez des amis qui venaient d’installer un tout nouvel écran plat Full-HD (1080p) de…165 cm de diagonale.

Une prouesse esthétique et technologique, surtout à l’époque.

Avec cet type d’engin, et surtout au prix que cela coûte, on s’attend à en avoir pleins les yeux. Lire la suite

Le soldat inconnu

Que s’est -il passé un 28 janvier ?

Le 28 janvier 1921 : Inauguration, sous l’arc de triomphe à Paris, du tombeau du Soldat inconnu.

Cela me rappelle une histoire juive: Lire la suite

SCRABBLE: civiles et cibles (I)

Aujourd’hui 27 janvier.

Il y a 8 ans exactement, en 2002, une étudiante palestinienne se faisait sauter avec les explosifs qu’elle transportait dans une rue commerçante du centre de Jérusalem, tuant et blessant de nombreux passants; c’est le premier attentat commis par une femme kamikaze en Israël. Et pas le dernier.

Sans doute une littéraire. Je veux dire l’étudiante. Une adepte du SCRABBLE pour qui « Cibles » et « Civiles » est une bonne combinaison. Lire la suite

Le secret millénaire de la Paix des Ménages

On raconte qu’à l’époque du Grand Sanhédrin ( il y a 2000 ans environ) un maître enseignait à ses disciples les règles du mariage et de la vie à deux (à étudier dans les Traités Kiddoushin, Kétoubot et Nidda entre autres pour les plus curieux).

Une de ses sentences fût dit-on: Lire la suite

Mariage Mixte: l’illusion des happy ends au cinéma

Je viens de visionner « Petites Confidences (à  ma Psy) » avec Uma Thurman et Merryl Streep.
En fait j’ai été gentiment forcé par ma femme 😉

C’est un film qui pendant 1h30 (soit 98% du film) vous fait regretter votre galanterie. Vraiment.

L’histoire? D’un banal affligeant. D’ailleurs c’est complètement prévisible. Vous allez voir (c’est le cas de le dire).

Uma Thurman joue la jeune femme urbaine, New-Yorkaise flippant d’aborder la quarantaine, qui comme toute bonne américaine raconte sa vie à sa Psy, jouée par Merryl Streep. On est à fond dans les clichés. La psy est juive, son mari et elle s’inquiètent que leur jeune fils de 23 ans, joué par Bryan Greenberg, veuille devenir peintre (pouah!) au lieu d’épouser une brillante et lucrative carrière et accessoirement une belle Jewish Princess. Histoire annexe? plus vraiment quand au fil des séances avec sa patiente, cette psy s’aperçoit que son fils est devenu l’amant de cette jolie cliente qui , elle, ne se doutant de rien, lui raconte à loisir son épanouissement, notamment sexuel,  grâce à cette relation. Lire la suite

Séquence nostalgie : Windows 3.1 …

Un sympathique programmeur vous propose de vous replonger dans les années 80 autrement qu’en fredonnant du Frédéric François Valery et autre Desireless Loeb.

Ici vous retrouverez avec un petit sourire aux lèvres l’OS de notre enfance, révolutionnaire pour l’époque, Windows 3.1. Lire la suite

Caractères spéciaux depuis votre clavier:☺☻♥♦♣♠•◘○◙♂♀ etc…

Vous aussi crânez avec votre petit cousin sur FaceBook, et mettez-en lui plein la vue en utilisant ces raccourcis clavier pour afficher dans votre statut par exemple ces jolis caractères !
Il suffit d’appuyer sur la touche ALT et sur le chiffre correspondant.
Easy ! Lire la suite

Allo? Graphe ?

Savez-vous ce qu’est un ‘Allographe’ ?

Exemple:

« l’ennemi a cessé d’acheter ses cassettes de cape et d’épée », chanson de MC Solaar

« Hélène est née au pays grec, elle y a aimé, elle y a été aimée, elle y a hérité, elle y a vécu, elle y est décédée assez âgée, assez cassée », Chevalier de Boufflers

« Helena a chaud, oh elle a chaud Helena, elle a ôté ses hauts, elle s’est abaissée, j’ai cédé », chanson de Michel Polnareff

« Hier Dédé a acheté des cuillères à bébé, et bébé a cassé ces cuillères, et pépé a été énervé. Dédé s’est cassé et pépé est resté », Philippe Geluck

Alors, toujours pas ? Lire la suite

Riche comme un garagiste

Suite à mon contrôle technique, je dois:

  • Changer mes deux pneus avant
  • Changer mes plaquettes de freins
  • Changer le silencieux de mon pot d’échappement

Je précise que j’ai un Peugeot 206 qui a 8 ans, que comme tout bon parisien, je n’utilise ma voiture que le dimanche après-midi (et encore), que j’ai une conduite souple et sûre, que je conduis  » à l’ingénieur » pour minimiser les dégagements de CO2 (i.e. en montant les vitesses tous les 10km/h, en utilisant le point mort pour profiter de l’accélération et en privilégiant le frein moteur au frein mécanique) et enfin que je fais moins de 7500 km/an…

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :