Toi aussi anime un Dvar Torah applaudi par les plus Grands !

Un Rav de Bne Brak est venu vendre son livre dans notre synagogue. Un « best seller » en hébreu et en espagnol disponible enfin en français d’après la couverture ! La bande-annonce sous forme de dvar torah (sermon talmudique) était alléchante dans les tout premiers instants: l’homme charismatique s’exprimait très bien en français, les questions qu’il soulevait- quoique connues- étaient rondement amenées. Hélas, les réponses étiolées en longueur étaient pour le moins…hallucinées. La structure du discours était décousue. Pour tout dire, je m’abandonnai même à de criminelles attaques: « c’est à croire que ce type aime vraiment s’entendre parler ! »

Pour autant, son bouquin à 20€, je l’ai acheté – à la faveur d’une indulgence bisounoursienne chronique et de askamot (approbation) dithyrambique de grands rabbanim francophones.

Or les premières impressions sont toujours les meilleures, surtout quand elles sont mauvaises: à la lecture ce ne fût que verbiage, registre lexical soutenue et hyperbolique, aucune rigueur de fond, redite et paraphrase longues comme 8 jours sans pain, citations non sourcées, coquilles – et même et même- redondance du même chapitre écrite sous deux formes (sic) en utilisant apparemment un dictionnaire des synonymes – prouvant l’absence totale de relecture.

Ma question était alors double:

  1. Comment des rabbanim peuvent soutenir un tel brouillon – d’apparence si belle toutefois ? L’ont ils au moins lu ? Ouvert ?
  2. Ce Rav de Bné Brak, avec un pedigree considérable, se satisfait-il de cette « oeuvre » sous forme d’un beau vernis insipide ?

Du coup je me suis dit que finalement ce n’était pas si difficile d’écrire un « best-seller » !
Ma méthode est infaillible : Venez découvrir la langue de Bois Lamehadrin !

COURS DE DVAR TORAH INSIPIDE

Commencez par la case en haut à gauche, puis enchaînez avec n’importe quelle case en
colonne 2, puis avec n’importe laquelle en 3, puis n’importe laquelle en 4 puis en 5 et revenez ensuite
où bon vous semble en colonne 1 pour enchaîner au hasard…
Mais surtout, n’oubliez pas d’y mettre l’intonation et la force de conviction, le mieux en citant des oeuvres totalement inconnues du grand public et en essayant de viser les 45 mn d’intervention, histoire d’achever le dernier insomniaque…

(si vous ne pouvez pas lire le tableau à cause de la mise en page copier/coller le sous Word ou télécharger ce fichier. Désolé. Je débute en bonimensonge…)

1ere colonne 2eme colonne 3eme colonne 4eme colonne 5eme colonne
Moraï véRabotaï, Mesdames et messieurs, Lik’vod Harav Il m’est à cœur de vous conter le parcours sublime de l’âme juive aux prises avec la contingence matérielle si ce n’est matérialiste. En effet la réalisation des Mitsvot de la Torah, tant écrite qu’orale, d’hier d’aujourd’hui et de demain jusqu’à la venue du Machiah’ bimééra béyaménou (amen) nous oblige incidemment à l’analyse profonde, exhaustive et sans égards des conditions sine qua non
mais aussi sociétales existantes
en H’oul comme en Eretz.
Partant,  une valorisation
sans concession de nos
caractères spécifiques
baolam haba et baolam hazé.
D’autre part, mes chers amis, c’est en toute conscience que je le déclare avec conviction Le Midrash Tanh’ouma est sans équivoque dans la perception que le Ben Israël doit se faire de l’étude comme de l’Action ! Que sinon de la complexité et le lieu de la Avodat Hachem issus de deux millénaires de limoud intensif, depuis les steppes arides de Bavel jusqu’aux contrées meurties de Galilée accomplit un rôle essentiel dans la formation des axes de développement
pour l’avenir du judaïsme
hic et nunc.Ubi et Orbi.
De même, telle « la perle roulant sur le flanc du rocher des biches sevrées »(Luc, 23-4) , la paracha Yiov d’il y a 7 semaines se fermait sur une interrogation. Formidable élan insufflé par le Très-Haut dans un espoir jamais éteint de bénir ses enfants lors de l’accomplissement du Contrat qu’est la Torah Min Hashamym. Tandis que l’augmentation constante tant de la quantité que de la qualité des recherches talmudiques contemporaines souligne, s’il en était besoin, l’étendue de notre activité qui nécessite la précision et la détermination du système de la participation
générale, du klal Israël comme
l’indique le Pirhé
Yeroushalaym
(Chabéh’i, 16b).  Tout cela
oblige à la prise en compte
encore plus effective
d’une restructuration
imminente et nécessaire
dans laquelle chacun
pourra enfin retrouver sa dignité.
Cependant, n’oublions pas, erreur tragique commises ô combien de par ces haines viscérales ancrées dans l’Histoire, que Comme l’indique d’une manière splendide mais tout aussi radicale, ce qui est sa signature tutélaire, le Netilat Yadaïm dans la Deuxième Porte, que la structure actuelle en Yeshiva, dans les collelim et autres batei midrashot, participe pleinement de l’organisation du Kidoush Hachem et aide à la préparation effective et à la réalisation intrinsèque des accomplissements
meha’yil leh’ayil
des membres éminents
qui obéissent aux
Gdolei haDor ainsi
qu’à l’orientation
envers leurs devoirs,
ceux du cœur évidemment
(H’ovot Halevana, II).
Ainsi, s’il m’était permis d’oser le dire et en m’excusant d’avance de vous heurter dans vos certitudes séculaires quoiqu’involontaires, Je ne peux pas ne pas évoquer devant vous, ici présent, l’incroyable épopée de Ruth l’Edomite à la recherche de Boaz, ce vil agriculteur qui symbolise, et de quelle façon encore, la symbiose entre Israël et sa terre, aussi clairement que Il ne surprendra personne que dans la Paracha Miketz-Haazinou, le nouveau modèle prescrit par Yehoshoua Bin Noun, sous la dictée de Moshé Rabennou concernant l’activité de l’Etude de la Torah garantit la participation d’un groupe de plus en plus important dans la formation des nouvelles halah’ot,
innovation suprême,
leg eternel d’un Dieu
vengeur vers son
peuple à la nuque roide.
Ce que confirmera
d’ailleurs la guématrie
du terme « kalev »
(comparse de Yeoshoua
dans une optique typiquement lourianique)
Ceci étant posé, mes frères, mes amis, nous le savons que trop, la pratique de la vie quotidienne, surtout en Gola, surtout en France – terre de contrastes et de tentations- prouve que, comme le présagait déjà le Talmud de Babylone (Traité Boney M): »

Quand les méchants
Nous transporta en captivité
Requis de notre part une chanson

« 

le développement continu des diverses formes d’activité occidentales battant la mesure du Limoud remplit des besoins importants dans la détermination mais aussi la complexification des directions d’éducation,
des directives voire –
dans le sens du progrès.
Ce h’inoukh essentiel
et fondateur – comme
la mise en Exergue
de nos Pères achève
de le souligner (Pirké Avot, VIII,3)
Il n’est pas indispensable d’argumenter largement le poids et la signification de ces considération prosaïques à l’aune d’une Loi éternelle et vivifiante car Comme le dit le Psalmiste « loin des yeux, loin du cœur » – oracle glaçant et funeste rejeté par les Talmid H’aham dans un geste superbe et impressionnant. Car que veulent-ils nous dire d’autre lorsque la garantie constante de notre activité de maassim tovim, de H’essed, de Tsedaka  et d’étude en h’avrouta permet davantage la création, entendu dans le sens de re-création du système de formation
des cadres communautaires
– au sens talmudique
du terme -qui correspond aux besoins exprimés
mais également
implicitement exigés
et dont la génération de rabbanim doit rendre
compte.
Ici et Maintenant.
Les expériences riches et diverses de notre Peuple, balloté par l’Histoire comme par les Hommes, révèlent au-delà du malheur, au-delà de l’etrangeté de l’Autre – cet Autre, maître et passion de Rabbi Meïr , intrigué et intriguant. Oui, mille fois oui, la halah’a est un chemin de Vie pour un peuple meurtrie mais confiant en son destin, en son dessein. Cette halah’a, cette « marche à suivre – littéralement- n’est que l’expression enfouie que le renforcement et le développement des structures – tant dans el monde hassidique que litvak, entrave l’appréciation de l’importance des conditions d’activités appropriées.
Allant vers plus d’égalité.
De Justice.
De Emet.
Or,  je reste fondamentalement persuadé que le souci de son frère, de sa sœur, cette injonction d’aimer son prochain – axiome fondateur de la bâtisse akivienne, mais surtout élément premier d’un discours divin, demeure la rose des vents, la peirre de Champollion, de notre foi. Le Rabbi Vidal Abe Germanowstein – le Ravagé l’ayant a maintes fois soulignés lors de drachot restées célèbres, la consultation des nombreux militants de la Torah, ces soldats de l’amour des mitsvot présente un essai important, intéressant, révolutionnaire de vérification, d’audit, et de validation du modèle de
développement de la Yddishkeit contemporaine.
La Ah’dout est à ce prix mes chers amis. Sachez le.
Qui plus est, j’ai depuis longtemps (ai-je besoin de vous le rappeler ?) défendu l’idée que les principes supérieurs idéologiques, venus sur le tard, mais aussi du minhag le plus ancien ne cesse d’interroger le quidam dans la Maison d’Etude. Tout comme son Maître ! Comme disait le Rishon tangerois à l’orée du XIIe s., au sujet des kavanot et des houmrot, Shmouel Mendel Solal Lalou, le Samsoule, inutile d’aller voir ailleurs si c’est pour fermer les yeux. Quand bien même le commencement de l’action générale de formation de la mah’achava, du dibbour et du massé – ce triptype pensée/parole/action entraîne le procès de restructuration et de modernisation des formes d’action.
Naasé véNichma s’exclamait le Prophète des prophètes !
Naasé.
Vénichma.Je vous remercie.

Bon, cela étant dit si vous voulez VRAIMENT lire des choses intéressantes je ne saurai vous conseiller un tout nouveau site, mais attention pas n’importe lequel:
Imaginez un lieu où l’Etude se projette à l’aune d’une réflexion honnête, rigoureuse, élitiste mais populaire, exigeante mais ouverte. Sans tabou ni idéologie. Sans entrave mais dans le respect de la plus stricte orthodoxie. Imaginez aussi que tout cela soit accessible en français, au bout du clic de votre souris. Ouvrez les yeux: vous ne rêvez pas, ce site existe. Le Rav Yona Ghertman le lance et il l’a nommé Le Site des Etudes Juives (tout simplement)!

Profitez-en avant qu’il ne devienne payant ! Et propagez-en la nouvelle !

 

 

PS: une petite vidéo sur la langue de bois assez instructive :

À propos trente-trois
Papa encore trentenaire, contrarié et jamais contrariant, je souhaite pouvoir dégager suffisamment de temps pour pouvoir aborder tous les sujets qui me questionnent, m'interrogent et me révoltent (car oui, camarade, ça me révolte). Conscient que cette description est pour le moment inintéressante, je vous engage à œuvrer dans les commentaires qui vont suivre pour en savoir plus...

13 Responses to Toi aussi anime un Dvar Torah applaudi par les plus Grands !

  1. Julien C. dit :

    Je les veux bien tous les billets non publié pour cause de politiquement incorrects, peut être un jour on en fera un Sefer Likoutims qui aura, lui aussi, les haskamots de tous les Grands-Rabbins (les 2 mots prennent une majuscule à ma connaissance) de France et de Navarre (va la sortir cette expression !).

    Surtout en prenant l’excuse de la sortie d’un site de Limoud lui aussi à la limite du politiquement acceptable dans la sphère orthodoxe ‘harédite, somme toute plus novatrice dans ses préceptes que les orthodoxes se nommant eux même « modern(e) » mais ne l’étant en réalité pas tant que ça si l’on en crois les vues de certains Moussa ibn Maïmoun ou encore Juda Loew ben Betsalel qui n’avaient pas des vues bien différentes de ces derniers (et plutôt différentes de ces premiers).

    En espérant que tu ne fasse pas que faire partie de la liste des sites recommandés mais que tu rejoigne les auteurs d’horizons variés (On aurait bien rit d’un Benny Levy pour compléter les participants… qui nous aurait expliqué que Rachbi aurait en réalité fini dans une caverne suite à une mécompréhension platonicienne, car comme disent les psy rien de mieux que de vivre l’évènement pour le comprendre)

    Pour conclure nous en revenons à ce qui fut je crois notre première discussion, à savoir ou trouver l’homme de la halakha, qui lui n’a pas été réédité en français, malgré sa réelle consistance en regard de tous ces sefarims qui illustrent bien le pirouch de ces arbres que l’on entendra crier d’un bout à l’autre de la terre du fait de l’utilisation de leurs troncs pour la réalisation de feuille qui serviront à imprimer ces vrais-faux écrits de Torah.

    Tout le monde connait l’histoire du Netsiv, qu’il raconta lors de la publication du Emek Cheela, disant qu’il avait failli être cordonnier, et aurait été questionné après 120 ans à l’entrée du Gan Eden : « Nou, et les sefarims que tu devais écrire, où sont ils ? », et qu’il n’aurait rien pu répondre car il aurait passé sa vie à fabriquer des chaussures….
    Il est possible qu’avec des personnes tels que celui qui est venu présenter son livre, après 120 ans à l’entrée du Gan Eden on lui demande plutôt : « Nou, Et les chaussures que tu devais faire, où sont elles ? »…..

  2. mr anonyme dit :

    J avoue avoir du mal avec ce courant de pensee a la mode anti orthodoxe pseudo rationnel.

    • Julien C. dit :

      Au sujet de l’article ? Du site en « pub » en fin d’article ? Du rabbin-objet-de-l-article qui préfère vendre des livres plutôt que de la Torah ?

      Parce qu’autant le site des études juives, que l’auteur du blog sont tous 2 au contraire plus orthodoxe qu’anti-orthodoxe, et il s’agit bien plus de réalisme que de rationalisme…

      • mr anonyme dit :

        je suis perplexe, des rabbins qui s’expriment mal, c’est courant.
        Dire des « banalités », s’il est reste vrai, c’est peut être ennuyeux, mais cela reste vrai, et peut toucher une PARTIE du public, certes pas vous, mais cela reste « potentiellement impactant ».
        Enfin, dire que les rabbins des sites « modernes » sont orthodoxes, peut être, mais pas dans ma définition à moi, qui n’engage que moi bien sûr.

        • Julien C. dit :

          « Des rabbins qui s’expriment mal, c’est courant », oui, c’est bien dommage, mais j’en conviens une « mauvaise expression » n’est qu’un problème de forme, à laquelle il ne faut pas trop souvent s’attacher.

          Cependant la il ne s’agit pas d’un problème d’expression, si j’en lis le début de l’article c’est un « homme charismatique » qui « s’exprime très bien en français ». Il s’agit plutôt d’un problème de cohérence, de structure, et là, ça pose un problème de fond, bien plus embêtant…

          Ce qui fait qu’il est peu probable que même une partie du public ait été touchée… de plus il ne s’agit apparemment pas de « dire des banalités », mais de traîner en longueur, de n’avoir aucune trame ni aucun appuis, en somme de parler pour parler.

          Qui a parlé de « sites » modernes, mon propos faisait état « d’orthodoxie » moderne, et dire à ce sujet que le Rav J.D. n’était pas orthodoxe est très mal connaître le personnage, (le O.U. américain fait aujourd’hui partie de cette tendance, et on ne peut pas les taxer d’amateurisme…)

          Quand aux problèmes de définition, parlons en, si chacun donne « sa » définition de chaque terme, ou va-t-on ? A quoi vont bien pouvoir servir les dictionnaires si ce qui est pour moi une table est pour vous une voiture ? Je me battais d’ailleurs récemment sur la « définition » de qui est Juif, et je peux vous assurer que dans un cas pareil vous n’auriez pas aimé que chacun donne « sa » définition. les objets n’ont pas plusieurs définitions, ils sont par nature « objectifs », donc non dépendant des sujets…

          Je tiens à préciser que la nous parlons par écran interposé, mais ne vous méprenez pas, dans la vrai vie (pas en ce moment, ne poussons pas trop loin le vice), je suis plus costume borsa que jean casquette !🙂

          • mr anonyme dit :

            vous pensez que le public n a pas été touché, c est votre droit, mais je ne vois pas pourquoi, c’est votre position, complètement personnelle.
            pour moi, un rabbin orthodoxe est investi de sa mission, (vocation!!!) il se sacrifie à sa mission à sa manière, il parle avec douceur à ses ouailles, il est aimé, il fait attention à ce qui sort de sa bouche, ne se contente pas du din de manière systématique, est humble….je sais, c est un portrait idéal, je rêve…mais en fait il est humain, mais il est emet.

  3. Or dit :

    La phopto est la clef. Uncle Moishe diversifie ses activites et se lance dans les videos « educatives » et ludiques pour adultes.

  4. Margaret dit :

    Un article que je n’apprécie pas car je le trouve trop partial et limite anti-orthodoxe !
    Il y a beaucoup de rabbins orthodoxes qui ont un discours simpliste mais non vide de sens qui va toucher des gens moins intellectuels que toi et qui ne seraient pas à même de comprendre un dvar thorah plus poussé
    Ce genre de conférence n’est pas du tout ma tasse de thé mais je crois qu’elle correspond au besoin d’une partie de la communauté.
    Par contre je suis d’accord avec toi quand tu t’insurges contre les discours vides de sens mais ils ne sont quand même pas si courant !
    Vaste débat qui ne peut pas se faire en quelques lignes !

    • trente-trois dit :

      Rassurez-vous Margaret, je ne suis pas « anti-orthodoxe », d’abord parce que je suis juif tout court et que je n’aime pas trop les étiquettes (qui en l’occurrence ne veulent pas dire grand-chose, ‘ortho-doxe’ ca sonne très chrétien vous ne trouvez pas ? c’est un vaste sujet mais voila bien encore une dérive d’une partie du monde ashkénaze qui passe son temps à classifier, calibrer, juger et condamner), mais surtout que mon propos est au contraire d’insister sur des divrei Torah qui ont du *sens* et pas une accumulation de mots pour épater la galerie. Quelque soit le niveau de l’auditoire: quand j’entends ma fille de 4 ans me raconter la Paracha je suis épaté par le sens que sa brillante mora y a insuffler !

      Mon second point (et c’est le pire, croyez-moi), c’est de comprendre comment on peut donner son approbation lorsqu’on est un Rav écouté et respecté à un livre que l’on a pas lu…qu’on m’explique la différence avec de la vulgaire publicité mensongère…

      En tous cas ravi de vous retrouver sur mon blog !

      • ise dit :

        Ok 33, tt a fait d’accord sur ce dernier point , je parle de cette derive aux odeurs de Kougel/Cholent dont tu fais etat,
        oui bien sur, les petites cases inventees par l’homme pour ses besoins sociaux immediats, dans lesquelles on va fourrer pele-mele toutes sortes de personnes qui n’ont rien d’autre en commun que d’etre « etrangers » au mode de pensee et surtout aux interets directs du systeme Ashkenazo-Litvak… tres juste.

        En revanche, ton envolee denoncant la publicite mensongere d’une Haskama… est un peu rapide: la bibliotheque Juive en langue francaise est tellement pauvre, soyons indulgents. L’honnetete d’une Margaret ou d1 Anonyme est touchante et relle!

        Mais il est vrai que pour un esprit un peu plus exigeant il existe tres peu de lectures en francais interessantes ou enrichissantes.

        D’ailleurs tu vois bien que la plupart des intervenants dans ces sites ou blogs Yid/intello ont decouvert le monde YU, MO (Modern Orthodox)… et leur extase des premiers jours leur font dire des choses assez peu en phase avec la pensee (sic) globale du Juif parisien ou francophone…

        Bon, time will say, si leur labeur sera recompense.

        • trente-trois dit :

          Juste un détail: je ne veux pas apparaître comme le type super exigeant qui ne réclame que l’excellence. Entre nous, mon niveau culturel est assez pauvre et étant piètre lecteur je fais pâle figure lorsque des vrais débat entre brillants esprits s’amorcent ici ou là et que pour mon malheur je suis présent. Mon souci est double:
          1- donner du sens ! Se dire: quel est le message que je veux faire passer à l’auditoire ? Pourquoi vouloir épater la galerie ?
          2- Je persiste, je signe: quand on est un rav respecté et hautement respectable écrire que tel livre que l’on n’a pas lu, est « séduisant » et que ce livre « trouvera sa place dans toutes les bonnes bibliothèques familiales », c’est du mensonge. Point barre. C’est une manière de mépriser le bas peuple ignorant et croyant- au mieux !- qu’il se contentera d’emphases et de pédants.

          Est ce si difficile que cela de dire les choses de manière claire et pertinente ?
          Les Georges Hansel, les Philippe Haddad et les Henri Infeld, pour ne citer qu’eux, sont-ils de si rares spécimens dans la galaxie de la production juive francophone de qualité ?

          Il faut revenir aux bases et rappeler qu’écrire un livre n’est pas une fin en soi. Le message que l’on porte à destination de son public, et l’exigence qu’il fait porter à soi-même, vaut largement une haskama usurpée et fallacieuse…

          • ise dit :

            Les Hansel-Haddad-Infeld sont, certes d’une autre categorie, mais pas « critique-free ».
            Loin de la.
            Les Oiknine sont insipides.
            Les Bernheim sont…
            Je prefere une Haskama usurpee et fallacieuse qu’un contenu trompeur.
            La Haskama n’est jamais qu’un AVIS.
            Un contenu mensonger… est un mensonge.

            De mon cote, je ne me pose jamais en pourfendeur des valeurs du peuple, mais defendeur de son droit de savoir, son droit simple.
            Un texte simple, des idees simples, exprimees parfois dans de simples redondances.

            « Vediglo Alai Ahava » du Chir Hachirim, refondu en « Vedilougo » par le Midrash.

            Tu parles bien du message que l’on porte a son public, non?
            Et bien, le public de ce monsieur, cet auteur simple, est lui aussi simple.

            Et non, les « explorations » ne lui rappellent que les « Meraglim » et pas celles, plus talmudiques d’un Hansel.
            Non, mais tu ne l’imagine pas , cet homme simple, anonyme ou Margaret, lire « science du quoi et science du qui »??!

            Alors, je veux bien croire que tu as assiste une fois a une pietre demonstration d’ignorance grand public, ok, et il y a plein, je l’admets…
            Mais n’oublie pas le peuple simple, celui qui se rejouit honnetement devant les paroles sages, meme repetees, meme mal exprimees. Simplement rejouissantes.

            La question de la « culturation » du peuple versus son maintien dans l’ignorance est un autre debat.
            Rien a voir avec les Haskamot.

  5. Yoël dit :

    Excellent,

    J’ai fais le test , ça marche à la perfection. Ca me rappele éffectivement bons nombres d’interventions dans certains lieux.

    Heureusement qu’il subsiste encore des batés midrashots ou le limoud (étude) s’exprime avec toute la liberté d’interrogation que le texte suggère et tout le sérieux qu’il mérite.

    Qu’on arrête un peu de prendre les gens pour des idiots, ils le seront surement moins. En effet, toute personne personne sérieuse sait que la thora reste un endroit ou la fin ne justifie pas les moyens (ouf !)

    En réaction aux commentaires précédents : dire que le discours actuel entendu est dans sa grande majorité nul, n’est pas être anti-orthodoxe ou anti-je sais pas quoi. C’est un fait pour qui a déjà fait l’effort d’étudier sérieusement ou d’écouter autres choses. Et comme l’a dit le blogger, c’est pas à cause d’une barbe, un chapeau, une crinière, un jean, un frak…. qu’on est Ultra-orthodox, orthodox, modern orthodox, super modern, libéral, massorti….Regardez un peu le fond du discours et le comportement du type, c’est plus facile pour cerner un personnage.

    En tous ca merci pour ce billet, ça m’a fait bien rire.

    Yoël

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :