Du foyer national à la colonie, ou l’antisémitisme avec un silencieux

J’ai grandi et ai mûri mon identité politique moyen-orientale avec les attentats du terrorisme arabe et la controverse de la résolution 242 de l’ONU sur le terme ‘from occupied territories ‘ et son pendant français en  » des territoires occupés« . Un pluriel pour le moins singulier…

Je me souviens du discours de Mitterand qui évoquait quant à lui, les « territoires disputés » *.

Le problème que devait régler l’État d’Israël avec les organisations terroristes palestiniennes, l’OLP de Yasser Arafat ou encore le FPLP de Georges Habbache, se résumait à éclaircir de quels territoires il s’agissait. Tâche plus qu’ardue quand on se souvient des attentas qui ont ensanglantés jusque dans les rues de Paris. Dans le même temps les revendications arabes étaient claires: « les juifs à la mer », non-reconnaissance de l’État d’Israël, violence meurtrière officialisée, antisémitisme primaire. Bref, les choses étaient vraiment claires: les palestiniens avaient jetés à la poubelle Gandhi et avaient engagés Carlos.
Le terrorisme aveugle, bestial était palestinien. Les politiques pro-arabes occidentaux maintenaient plus ou moins les relations entre l’OLP, le FPLP, Septembre Noir et tout le toutim. Mais nul n’était dupe…
Pour autant, la cause palestinienne était alimentée par les extrêmes de droite comme de gauche. Pour les uns, habiles moyens de casser encore et toujours du juif, pour les autres, élément de premier choix dans l’internationale libertaire, contestataire, et anarchiste.

D’ailleurs les médias évoquaient à peu près les termes de Cisjordanie et de Judée-Samarie pour parler du même territoire.
Évidemment que, déjà, leurs cœurs balançaient furieusement du côté de Gaza.
Évidemment que, comme toujours, le Quai d’Orsay était le garant inflexible d’une politique pro-arabe excessive et obstinée.
Évidemment , enfin, que l’État d’Israël avait perdu de sa superbe dans les mentalités françaises. Il était bien fini le flirt entre Marianne et David, commencé à la fin de la Shoah et rompu à la Guerre des Six Jours, sous les auspices d’un Général De Gaulle qui a manqué dramatiquement de clairvoyance en choisissant de jouer la carte arabe.

Nous sommes au début des années 90 et depuis, les choses ont bien changés.

Comme je l’évoquais déjà dans un billet vieux de plus d’un an , les termes employés aujourd’hui par toutes les strates de la sociétés françaises, même les moins hostiles, traduisent un endoctrinement qui s’est insidieusement infiltré dans les consciences. Et dont tout le crédit est à porter aux organisation pro-palestiniennes, de gauche comme de droite. Qui ont fait preuve, avouons-le pleins de honte, d’une remarquable constance pour marteler un lexique propagandiste et imposer sans douleur une grille de lecture biaisée. Rendons-leur hommage car c’est un travail que les partisans d’Israël n’ont jamais pu contrarier en presque 25 ans. Nous avons échoué je pense, à trop vouloir croire que l’auditoire était motivée à chercher la vérité et l’équilibre des revendications.
Pour donner un exemple, je me souviens du candidat démocrate, John Kerry, qui était l’adversaire de Georges W. Bush. Les humoristes ont pilloné sa campagne en rappelant que lorsqu’on lui rapportait les rumeurs et mensonges du camp républicain à son encontre, il se contentait de dire que cela était faux et de donner les références de sources qui prouverait qu’il avait raison.

Mais la réalité est bien plus cruelle: aucun américain n’allait se rendre dans une bibliothèque ou un kiosque, passer trois heures à récupérer les livres en questions, comprendre ce qui y était écrit, et se faire son opinion.
Pire, aucun américain (comme aucun français) n’allait potasser les  2000 pages du programme du candidat à la présidentielle.

C’est ainsi, le peuple veut des images simples, claires. Du prêt-à-penser, à servir tout chaud lors d’un repas familial, auprès d’un institut de sondage, lors de campagnes électorales ou sur un plateau télé.

On a grand tort de ridiculiser feu Georges  Frêche lorsqu’il expliquait ses méthodes victorieuses en politique :

Oui, Ce que je vous dis c’est l’évidence. Ah, mais si les gens fonctionnaient avec leur tête, mais les gens ils ne fonctionnent pas avec leur tête, ils fonctionnent avec leurs tripes. La politique c’est une affaire de tripes, c’est pas une affaire de tête, c’est pour ça que moi quand je fais une campagne, je ne la fais jamais pour les gens intelligents. Des gens intelligents, il y en a 5 à 6 %, il y en a 3 % avec moi et 3 % contre, je change rien du tout. Donc je fais campagne auprès des cons et là je ramasse des voix en masse.

Voila une formidable leçons de sociologie politique. Les pro-palestiniens mais surtout les antisémites ont investi ce créneau, celui de l’émotion, des tripes, pour asseoir leurs propagandes. Superbe pied-de-nez à ces mêmes juifs qui ne pouvaient que provoquer une émotion inextinguible au lendemains de la Shoah – et dont on critiquera jusqu’à aujourd’hui alternativement leur mutismes ou leur misérabilismes.

Les amis d’Israël ont échoué en produisant d’excellentes réponses mais inaccessibles à la majorité de ceux qui précisément se faisait charmer par des images simplistes et mensongères (et idéalement bien sanguinolentes si possible)  propulsées par le camp d’en face. Peu importe qui est fautif, qui a raison, qui ment.

Le cœur doit battre pour la Palestine et la bile, se déverser contre Israël.

Oui la guerre médiatique est la plus lourde défaite non plus cette fois de l’armée d’Israël mais de toute la nation sioniste et de l’empire de la pensée et de la pudeur.

Il y a quelques jours, une bombe a explosée dans un bus, à Jérusalem. C’est le premier attentat depuis plus de sept ans – entre autre grâce au mur de sécurité qui réduit à presque néant les tentatives des terroristes. Sauf ici.
Une femme est morte.
Soixante blessés dont plusieurs dans un état critique.
Dont Odelia Shitrit, petite fille touchée à la tête.
Imaginez le reste des grands brulés, des amputés, des aveuglés, des traumatisés…
Soixante vies brisées, une éteinte.

100% de civils.

Il y a deux semaines, et j’en parlai ici, la famille Fogel a été exterminée dans la nuit par des palestiniens qui fêtaient par une distributions de gâteaux dans les rues ces homicides. Dont celui de la petite Hadas, 3 mois.

Dans les deux cas, en France et dans les pays d’Europe gangrenés par le venin antisémite, il y a eu un phénomène gravissime. Celui de la perte du sens. Celui d’un révisionnisme ou plutôt d’un négationnisme instantané – c’est-à-dire, ne même plus permettre à l’autre version, malheureusement vraie, obstinément vraie, de s’exprimer mais de tout de suite communiquer sur le mensonge, la contre-vérité, la propagande. La désinformation assumée en quelque sorte.

Le massacre des Fogel a été pratiquement mis sous silence d’un point de vue médiatique. Aucun éditorialiste français ou européen n’a daigné y consacrer quelques lignes. En Angleterre, la de plus en plus gâteuse BBC s’est même payé le luxe de se faire « doubler » par tweeter et les autres médias sociaux. Pour la BBC, ce n’était pas de l’info.
Il faut lire le texte publié dans The Telegraph par la député Louise Bagshaw qui, en tant que mère, est effondrée de cette censure. Comme elle le reprend d’un autre article: « Dead Jews is No News« .

Le motif de ce silence assourdissant et incompréhensible: Le tremblement de terre au Japon, certes. Mais surtout le qualificatif de « colons » qui sont associés aux victimes. Dont on oublie jusqu’à préciser qu’elles sont de nationalités françaises. Un juif français assassiné dans une « colonie » et voila les beaux idéaux de fraternité et de solidarité qui volent en éclat. Défendre et obtenir la libération d’une candidate à la présidentielle sud-américaine comme Ingrid Bettancourt passe encore. Mais des juifs installés en Judée, fussent-ils enfants ou nourrissons, là non…

Un « colon » tué, c’est un peu les risques du métier, non ? Il l’a bien cherché quand même un peu, là, n’est ce pas ?

Re-belote avec l’attentat de Jérusalem. Un bus du circuit intérieur de la ville trois fois sainte explose et immédiatement, l’AFP publie une dépêche, reprise par les médias qui accepteront de couvrir ce presque non-événement, qui annonce que selon ‘certaines’ sources, le bus était en direction des « colonies ».

Faux, archi-faux. Ce bus ne se dirigeait pas vers ce que l’AFP nomme une ‘colonie’. Mais, trop tard, le mal était fait.
Évidemment il aurait été beaucoup plus simple de poser la question à un agent de la RATP locale ou de la police. Mais là encore, il fallait placer le terme « colonie ». Comme pour amoindrir le drame.

Puisque les soixante victimes se dirigeaient – peut-être- toutes vers les « colonies » , c’est pas de bol, mais encore une fois, ils devaient connaître et accepter les risques. Sujet suivant…

J’exagère ?
Vraiment, vous croyez ?
Qu’entendrait-on alors si une famille de franciliens était égorgée durant son sommeil la nuit de Noël dans sa villa corse ? Que se passerait-il si une bombe éclatait à Châtelet-les-Halles devant le quai du RER D en direction de Villetaneuse ? Quelle couverture médiatique serait organisait si le Luxembourg pilonnait l’est de la France avec des dizaines de missiles de plus en plus longue-portée jusqu’à menacer Paris ?
Comment nos concitoyens réagiraient si pour tous ces évènements, la presse britannique par exemple ne s’en ferait l’écho qu’entre le bulletin météo et l’horoscope ? Qui plus est en précisant que ce ne serait pas étrangers aux évènements en Libye et que ces « représailles » des combattants libyens, dans leur fièvre résistante, ne devaient pas pousser la France vers l’escalade ce que la communauté internationale lui reprocherait immédiatement ?

Que, de plus, des pro-libyens organisent des colloques de boycott des produits français en cassant les vitrines des boutiques à vins et des vendeurs de fromages à l’étranger ? Que Marianne soit affublée d’une moustache hitlérienne et que le drapeau tricolore soit brulée lors de manifestations internationales ? Que la Marseillaise soit jugée fasciste et que l’on dénonce le régime d’apartheid pratiqué par les Français en diffusant des images des cités de banlieues ?

Ceci, n’est hélas, qu’un échantillon des outrages que subit l’État d’Israël au quotidien. Une diffamation que MA génération est incapable d’enrayer. Un déshonneur que, à mon niveau, je ne parviens pas à laver auprès de ceux qui ont le courage de me poser la question – à titre de curiosité et accessoirement, je ne suis pas dupe, pour le frisson de se dire qu’ils parlent à un ‘sioniste’.

On le savait déjà, les mots peuvent tuer. Mais ils peuvent aussi éliminer en silence.

Ma génération a vu et subit cette dérive lexicale depuis les « territoires » et « implantations » jusqu’aux « colonies ».
Depuis les « pionniers » jusqu’aux « colons ».
Depuis les « civils » jusqu’aux « israéliens ».
Depuis « l’humain » jusqu’à la « chose ».

De même les mots à l’endroit d’Israël perdent tous leurs sens. Implacablement des lettrés à la retraite comme Stéphane Hessel, devenu ‘indigne et fou’,  confond dans son torchon les termes « juifs » et « israéliens » ( ce que même les officines arabes n’osent plus faire depuis Oslo).

A cet égard les immondices d’une vieille ordure de journaliste américaine comme Helen Thomas sont caractéristiques du vent mauvais qui ne cesse de souffler à l’encontre des civils israéliens. Je suis sûr qu’elle s’entendrait volontiers avec Mr Hessel avec qui elle pourrait partager la carte vermeil, autre point commun hors de leur haine commune à l’endroit de la Nation Juive.
Ramassant le peu de forces qui lui reste encore, elle exige (attention c’est du lourd) que les « israéliens » rentrent chez « eux » en Pologne ou en Allemagne mais aussi elle leur reconnait – belle âme – un droit, celui d’exister mais pas en Israël ! :

« Sure, the Israelis have a right to exist — but where they were born« 

ÉNORME !

Qu’ils retournent dans leur pays de naissances, vous savez, la Pologne, l’Allemagne, l’Ukraine, l’Autriche….qui leur ont montré tant d’amour et tant de compassion par le passé !
Évidemment les juifs séfarades ou orientaux, n’existent pas. Ou si peu. Éliminons-les du « problème ». De même que les quelques millions de sabras, ces israéliens qui ont eu l’outrecuidance de naître sur cette terre d’Israël depuis 1948.

D’ailleurs pourquoi ne pas lui demander, à cette tendre sorcière, que si les Israéliens ont le droit de ne vivre qu’en dehors d’Israël, pourquoi est-ce que les palestiniens n’aurait pas ce même droit chez eux, en Jordanie ?

On le voit bien : la confusion entre antisionisme et antisémitisme est telle qu’on arrive à des paradoxes imprévisibles.
Où plutôt si, elle aboutit vers l’évidence que l’antisionisme n’est que le masque soit-disant politiquement acceptable de l’antisémitisme ancestral.

Que ceux qui vomissent les « israéliens » emploient ce terme dans l’acception de Helen Thomas, c’est-à-dire, dans ce qu’écrit noir sur blanc Stéphane Hessel qui ne s’embarrasse plus de circonvolutions, qu’ils ne parlent donc en réalité que des juifs.

Pensez donc aux cellules révolutionnaires allemandes de la RFA. De jeunes gauchistes , pour beaucoup enfants d’anciens nazis, qui, rejetant cette Germanie fasciste, se sont lancés dans la révolution armée et ont trouvé -coïncidence ou opportunisme – la douceur des bras du FPLP et autres organisations arabes de la Bekaa . Leurs pères gazaient des juifs, au nom de la supériorité de la race aryenne. Trente ans plus tard, eux-mêmes, manipulés par les terroristes palestiniens,  organisaient des attentats contre les « sionistes » à travers le monde, au nom de la libération des peuples. Traduisez des attaques aveugles contre des citoyens juifs, anglais, français, allemands ou argentins. Le détournement d’avion à Entebbe en est une illustration dramatique: voilà que Wadi Haddad envoie son commando d’allemands et que ceux-là, en particulier Wilfried Böse et Brigitte Kuhlmann , en bon-à-rien, ne trouvent pas mieux que de séparer les passagers juifs des autres. Avant que de ne menacer d’exécution que les premiers et uniquement les premiers. Toujours cette furieuse manie de faire des listes et de parquer les gens en files. Sionistes, juifs, tout cela ne redevient que bagatelle verbale quand on a une kalachnikov en bandoulière.
Deux générations successives d’antisémites, de pères en fils. Avec une étiquette politique, pour différente qu’elle soit sur le papier, ne fait illusion pour personne. « Je ne suis pas nazi, moi, je suis un idéaliste » se justifiait Böse devant un otage juif qui lui montrait son numéro tatoué sur le bras à Auschwitz. Mais au final, les victimes, toutes civiles, sont encore et toujours les mêmes. Les juifs.

Au bilan, on ne peut que constater, impuissants et donc responsables, que comme l’illustre l’attentat de Jérusalem ou le massacre de la famille Fogel, les termes employés par les médias consacrent le triomphe de la propagande arabe et surtout de la diatribe antisioniste. Que la dérive lexicale est symptomatique de l’orientation clairement antisémite des médias occidentaux.
Et que les combats politiques en Europe écartent de leurs enjeux le droit à l’existence d’Israël au prétexte du droit aux « palestiniens » de revendiquer violemment et bestialement ce qu’ils appellent leurs ‘résistances à l’occupation’.

Il est plus que jamais l’heure de redonner du sens aux mots et de ne pas être coupables aux yeux des futures générations d’avoir laisser prospérer le mensonge et la calomnie…

* : en parlant des « territoires disputés » voici une  e.x.c.e.l.l.e.n.t.e. vidéo didactique, présentée par Danny Ayalon, qui rappelle en quoi les territoires des arabes appelés ‘palestiniens’ ne sont ni occupés ni légitimement leurs propriétés. Les sous-titres en français sont disponibles en cliquant sur le bouton ‘CC’ :

À propos trente-trois
Papa encore trentenaire, contrarié et jamais contrariant, je souhaite pouvoir dégager suffisamment de temps pour pouvoir aborder tous les sujets qui me questionnent, m'interrogent et me révoltent (car oui, camarade, ça me révolte). Conscient que cette description est pour le moment inintéressante, je vous engage à œuvrer dans les commentaires qui vont suivre pour en savoir plus...

12 Responses to Du foyer national à la colonie, ou l’antisémitisme avec un silencieux

  1. Ben dit :

    A ce propos,

    http://www.franceculture.com/player?p=reecoute-3715761#reecoute-3715761

  2. observer dit :

    BRAVO pour le tour de PASSE-PASSE, mais à la fin, les maisons, les champs, les villes des gens qui habitent en PALESTINE depuis des GENERATIONS et qui se disent PALESTINIENS depuis des GENERATIONS sont OCCUPES, CONFISQUES, UTILISES par des ISRAELIENS.
    Cette TERRE (la Cisjordanie) a été annexée par la FORCE. C’est un FAIT (accompli).

    Alors, prenez-la (cette terre), comme les barbares l’ont toujours fait. Mais, de grâce pour D.ieu, arrêtez de nous brouter avec votre pseudo morale d’avocat verreu.

    • trente-trois dit :

      Cher Babbush (puisque c’est votre adresse e-mail),
      soit vous ne comprenez pas grand chose à ce que j’ai écrit, soit et c’est pire, votre compréhension ne fait pas le poids devant vos réflexes propagandistes. Usez et abusez de mots chocs, bien émouvants, ‘aspirationnels’ dirait ma directrice Marketing (mais oui, on en est là) et retentez comme vous savez si bien le faire d’emporter la compassion aux dépends de la raison et de la vérité. Ouvrez un livre d’Histoire (pas forcément ceux financés par l’Arabie Saoudite) ou revoyez la vidéo de Danny Ayalon que j’ai joint à mon billet et vous constaterez, évidence !, que la Judée-Samarie que vos collègues, efficaces terriblement efficaces, ont rebaptisé ‘CisJordanie’ n’a jamais appartenu à la populace que vous nommez ‘palestinienne’ si ce n’est à confondre volontiers la Jordanie avec ce qu’elle est depuis 1919 et le Traité de Versailles: le pays des arabes de Palestine.

      Je vous suis gré enfin de laisser la terre d’Israël à ses héritiers et bâtisseurs contemporains.
      C’est avec beaucoup de remerciements que je note également votre acquiescement à notre juste cause – à ceci près que, bien que je ne doute aucunement que les nations arabes s’y connaissent en conquêtes barbares, comme l’actualité et l’histoire pour une fois réunis, nous le prouve quotidiennement, à ceci près donc que l’État Hébreu a eu la faiblesse de retourner sur sa terre avec le consentement de la planète entière, depuis Lord Balfour en 1917 jusqu’à la résolution de l’ONU en 1948, et que toutes les guerres que ses ennemis lui ont imposé, ne l’ont été que pour sa survie pure et simple.

      Mais comme je vous comprends, parfois et même si ma morale et mon humanisme m’arrachent immédiatement à ce rêve simpliste, moi aussi je me mets à soupirer : Si seulement Israël avait traité le problème des arabes comme les arabes eux-mêmes traitent leurs problèmes entre eux…
      Salutations Babbush !

  3. observer dit :

    Merci de votre gentille réponse.

    Vous dites :
    > « voyez la vidéo de Danny Ayalon que j’ai joint à mon billet »

    Bien sur que je l’ai vu (et jusqu’au bout en plus). C’est bien de cela dont je parlais, justement! Vous n’imaginiez quand même pas que j’allais lire votre développement interminable? Même s’il témoigne d’une réelle volonté de « bien faire ».

    – Sachez d’abord que j’ai vécu en Israël plusieurs années et que j’y retourne plusieurs fois par an.

    J’ai donc payé assez d’arnona pour alimenter des fanatiques mystico-religieux sans qu’on ait de leçon à me donner

    – Sachez que je connais par coeur « ils critiquent Israël, donc ils sont antisémites ».

    Même s’il faut avouer que le couple antisionisme/antisémitisme forme souvent un package inné (et le plus souvent inconscient).

    – Sachez que j’exècre le révisionnisme et encore plus le NEGATIONISME.

    Car cette idée de, pas à pas, date après date, pogrom après pogrom, rabaisser 4 millions de personnes à l’état de « bête » (puisque qu’ils n’ont pas droit à la citoyenneté, sont-ils des êtes humains à vos yeux?), est purement dégueulasse (pour faire poli).

    – Sachez que je ne m’empêche jamais de rire quand les encenseurs des Prix Nobel et autres inventeurs géniaux, philosophes, scientifiques, stratèges militaires (etc), se comparent systématiquement aux plus barbares des arabes a l’évocation de massacres, exactions, déportation, tortures ou entorses aux conventions de Genève perpétrés par Tsahal.
    A croire que leur soif l’emporte sur leur morale (à deux balles).

    La critique d’Israël ou la remise en cause de la Torah comme Code Civile n’a jamais été de l’antisémitisme. Mais votre obsession d’antisémitisme ne fait que le renforcer. Car voius faites peur avec votre EGOISME.

    enfin, lisez donc la LETTRE de Balfour dans le texte que vous appelez le document qui « fait reconnaitre Israël par la communauté internationale » (je me marre) :

    « His Majesty’s government view with favour the establishment in Palestine of a national home for the Jewish people, and will use their best endeavours to facilitate the achievement of this object, it being clearly understood that nothing shall be done which may prejudice the civil and religious rights of existing non-Jewish communities in Palestine, or the rights and political status enjoyed by Jews in any other country. »

    « un foyer juif » (et non un pays)
    et le meilleur :
    « rien ne devrait porter préjudice aux droits religieux et civils des communautés non juives de Palestine (…) »

    Donc, pas d’annexion de terre, ni de ressource (comme l’eau), ni d’habitat, etc…

    Quelle légalité!
    Du coup, vous me donnez des idées : je m’en vais de ce pas revendiquer le rattachement d’Aix la Chapelle à la France, ou encore Dantzig à l’Allemagne…😉

    Bonne soirée (et surtout, arrêtez le marketing😉

    • trente-trois dit :

      Je comprends mieux votre premier message, cher Babbush, vous qui n’avez pas eu la patience ou le courage de lire l’intégralité du billet (ce que je peux comprendre) mais qui a pourtant la témérité de le commenter (sans doute l’auriez-vous lu, ne seriez-vous pas tomber dans le médiocre cliché que justement je dénonçais).
      Sans doute aussi qu’en voilà, grâce à vous, une bonne idée pour mes prochains billets: en fournir une version à colorier pour mes lecteurs peu concentrés qui comme vous, sont terrorisés par ces successions interminables de mots, qui forment des phrases puis des paragraphes.
      Oui, ami Babbush, je vous comprends, mes souvenirs douloureux de CE1 squattent parfois mes souvenirs scolaires…
      Malgré tout, la suite ne va pas vous plaire : j’ai peur de devoir écrire un nouveau pâté.
      SI vous ne le lisez pas, de grâce, ayez juste la politesse de ne pas y répondre.

      Mais pour autant, soyons sérieux et lucides: ni vous ni moi n’allons changer d’opinions sur le problème arabe des populations de Gaza ou de Judée-Samarie.
      Vous allez me déverser vos mensonges (« les arabes ne sont pas des citoyens »), je vais vous rappeler les faits (ah bon le million et demi d’arabes israéliens ne sont pas des citoyens ? non seulement ils le sont mais en plus ils votent, ont de députés, s’engagent même dans l’armée – contrairement à leurs « frères » qui restent opprimés dans leur dictatures !) vous allez me dire qu’en fait vous parliez des populations de Gaza – auquel cas je vous répondrai que Gaza est autonome depuis 7 ans et que vouloir exiger quoique ce soit d’Israël sur ces populations ce serait comme vomir la France de ne pas avoir continuer à moderniser gratuitement l’Algérie après la Guerre soi-disant d’Indépendance du même nom- sans compter que, vieux réflexe de républicains, Israël respecte le « choix » des arabes d’avoir élu le Hamas, parti nazislamiste, et la fatwa institutionnalisée pour régenter leurs existences, de plus en plus pitoyables, certes, mais pour lesquelles Israël n’a que peu à voir.
      Bref, vous l’aurez compris, on n’aboutira à rien.
      C’est triste et dommage, je vous le concède. Mais dès la seconde où les arabes ont choisi le terrorisme, l’islamisme, la violence et les assassinats, je dois reconnaitre, que mon empathie à leur égards s’est rapidement envolée. Mon petit cœur a suffisamment à faire pour contribuer à défendre les démocrates et les pacifistes.
      Voila dans les grandes lignes.
      Pour les détails (mais je me doute bien que vous ne lirez pas d’une traite ces lignes, la crampe vous aura déjà immobilisé depuis au moins 5 minutes et vous aurez besoin de récupérer) merci d’admettre par votre silence que la Jordanie est bien le pays des arabes de la région palestinienne. Au niveau local, je suis certain qu’avec vos nombreux séjours dans ce pays merveilleux aux mille et unes splendeurs historiques, climatiques et géographiques, vous n’avez pas pu ne pas constater que l’État d’Israël depuis 1948 est le seul état du Moyen-Orient où, comme le réclamait Lord Balfour 30 ans auparavant, la liberté de culte et les droits civique sont totalement respectés. Je vous renvoie à un autre de mes billets qui, si cette fois vous vous armez de volonté et de concentration pour le lire entièrement (car je vous assure avec de l’entrainement, on y arrive), vous rappellera combien ce petit état, anomalie politique de la région puisque seule démocratie au milieu de dictatures (Syrie, Liban, Iran…) , est un havre de liberté et d’ouverture.
      En plus, j’y pense, vous risquez de bien aimer ce billet car il y a un gros logo vert et une vidéo à la fin; vous voyez je vous propose un accompagnement progressif vers les l’apprentissage de la lecture. Ne me remerciez pas, ça me fait plaisir.

      De même puisque les sionistes ont respecté leur engagement, depuis 1917, il aurait été légitime que les arabes fassent de même. Las ! De guerres en conflits, le seul langage qu’ a su employé le fils d’Ismaël ne l’a été qu’à son détriment. car pourquoi vouloir forcer une partie à honorer ses promesses si celle adverse s’en sert de papier toilette ? Vous qui avez vécu en Israël, devriez faire un tour dans les pays avoisinants et tenter de payer un commerçant avec un chèque. Mesurez alors la confiance qu’un arabe porte à la signature sur du papier. Alors imaginez le respect des « traités internationaux » comme le prouve continuellement l’Iran ou la Syrie avec leur programmes nucléaires.
      Enfin, vous osez compromettre l’honneur de Tsahal, c’est pas joli, joli ça, Babbush. Une armée régulière qui n’hésitent pas a traîner ses brebis galeuses devant tribunaux et médias et qui par cette ultra-transparence prête le flanc aux critiques honteuses et exagérées dont vous vous faites l’écho (d’ailleurs bravo en récitations de poésie de propagandes, vous avez un niveau satisfaisant), cela ne mériterait au plus que le silence du mépris. Mais j’ai trop d’estime pour ne pas vous rappelez que l’on attend encore un quelconque procès pour les auteurs arabes d’actes terroristes qui ensanglantent le monde depuis 40 ans. Pas seulement en Israël, mais même entre « frères » (Cf. l’enquête sur Hariri).
      Vous osez critiquez une armée de défense sans apprécier la menace à laquelle elle fait face à chaque instant…c’est nullissime.

      Bref, comme je dis toujours, qu’il est simple (mais vicieux) d’être tatillon et pinailleur avec le meilleur élève de la classe et comme il est difficile et moins gratifiant de corriger les cancres !

      Vous avez choisi votre camps, Babbush, alors bonne récré et patience pour les heures de colles qui vous attendent…

      PS: Damned ! je suis fait. Bravo, vous m’avez démasqué, en effet je ne fais pas de Marketing. Je me contente juste d’être studieux quand des professionnels du secteur s’expriment.😉

  4. observer dit :

    > le million et demi d’arabes israéliens ne sont pas des citoyens ? non seulement ils le sont mais en plus ils votent,

    Mais on parlait des territoires, n’est-ce pas ? Enfin, vous en parliez comme étant VOTRE propriété alors qu’ils sont habités pas 4 millions de personnes sans statue.
    Sachez qu’un artiste à Gaza était lors de l’occupation Israélienne qui a duré 50 ans était interdit de vert. Il n’avait pas le droit de peindre ni l’herbe, ni bien sur, le drapeau Palestinien, puisque, comme vous le dites avec insistance les PALESTINIENS N’EXISTENT PAS.
    Je ne nie pas la facultée d’israël de laisser les droits fondamentaux à 20% de la population de ce pays à « caractère juif ». En principe, bien sur. Et quelquefois, en pratique aussi.

    > Israël respecte le “choix” des arabes d’avoir élu le Hamas, parti nazislamiste
    Hamas qui vient du Djihad Islamique crée par le Cheick Yassin avec l’autorisation, l’assentiment et la bénédiction des autorités Israéliennes incarnées à l’époque par Sharon, alors ministre de la Défense, si je ne m’abuse. La stratégie étant de diviser l’OLP avec les Islamistes. Mission accomplie😉 ☺)))
    Comme les amérloks avec les Moudjahdins d’Afganistan contre les Soviets, ou comme les Français avec Khomeni contre le Sha et pour la révolution « démocratique » (mais surtout pour emmerder les USA)

    > Mon petit cœur a suffisamment à faire pour contribuer à défendre les démocrates et les pacifistes.

    Comme ceux qui utilisent du phosphore blanc sur les populations et laissent des milliers de civils (femmes et enfants) se faire massacrer à Sabra et Shatila pendant 3 jours et 3 nuits ?

    Comme ceux qui pactisent avec le gvt Sud-Africain aux pires heures de l’Apartheid, pour les diamants et pour leur vendre des blindés anti-emmeutes contre les « terroristes » de l’ANC de Mandela ?

    Bravo, vos choix sont extrêmements judicieux en matière de pacifisme.

    > seule démocratie au milieu de dictatures (Syrie, Liban, Iran…) , est un havre de liberté et d’ouverture.

    1. pour les juifs
    2. pour les juifs qui ont de l’argent
    3. pour les juifs qui ont de l’argent jusqu’à ce qu’ils n’en aient plus.

    Reconnaissons qu’Israël, au moins, n’a pas trahie sa parole avec les Harkis Libanais.

    > Une armée régulière qui n’hésitent pas a traîner ses brebis galeuses devant tribunaux et médias

    Penchez vous sur le cas du village de Bihlin ou les hectares d’oliviers ont été annexé par Tsahal durant l’intifada. Après 3 recours et appels, la Cour Suprême a bien reconnue que l’annexion n’avait d’autre but que d’agrandir la colonie voisine (illégale), et non pas par sécurité. Mais la retro-cession exigée par les juges Israéliens n’a toujours pas été suivi de fait depuis 2007. Mais chaque shabat, lors des manifestations de protestations, des palestiniens, occidentaux, juifs et israéliens sont blessés et même tués pour revendiquer que le DROIT soit respecté.

    Pour toutes ces raisons, je vous renvoie à vos chères études.

    Votre épouse est belle, certes. Mais cela ne l’empêche pas, la nuit, de faire la putain.

    • trente-trois dit :

      Ah voilà que ça recommence, Babbush, vous persistez à ne rien vouloir lire mais à déblatérer tout de même votre discours frelaté et nauséeux, relayant le manuel du parfait alter-mondialiste-de gauche-libertaire-pro-palestinien-anti-fasciste-ecolo-dieudonniste-d’extreme-droite. Le dialogue de sourd reprend comme je le craignais précédemment.
      Croyez-vous que ce blog soit un souk oriental où celui qui hurle le plus fort l’emporte forcément ?
      Auriez-vous juste 1 minute de lucidité pour analyser votre diarrhée verbale ? Persistez-vous à vous bercer de vos propres absurdités ? A croire mordicus que si le Hamas a été élu par cette populace gazaoui grouillante et hypocrite, c’est la faute à Israël et ses complots invisibles.
      Que si vos amis palestiniens et islamistes sombrent depuis 40 ans dans le terrorisme, c’est parce que des oliviers aurait été arrachés « illégalement » il y a 4 ans (ça me fait toujours sourire quand des arabes invoquent le respect des lois quand ça les arrange) ? Que le charnier de Sabra et Chatila (tarte à la crème de l’argumentation pro-arabe) n’est l’œuvre que de Sharon et pas du tout des phalangistes chrétiens libanais venus en représailles après que les palestiniens aient massacrés leurs familles ?

      Oui en revanche, je me flatte d’être un amant de Sion et, sans vouloir renier votre flagrante expérience auprès des femmes de petites vertus qui errent à Gaza derrière leurs burkas, je vous engage à ne pas généraliser la vision que vous auriez des femmes, même mariées, et vous confirme que la vertu gratuite de Jérusalem vaut largement votre vice tarifé. Cela va sans doute vous étonner, mais la fidélité existe. Surtout chez mon Peuple qui n’a jamais abandonné dans ses prières et ses actions l’idéal d’un retour sur sa terre ancestrale, malgré les millénaires de massacres et d’oppression.
      Je note toutefois que dans votre élan de bien régurgiter votre leçon, vous avez omis le massacre de Jenine, le nouvel « Auschwitz » des psychopathes palestiniens, systématiquement servi à toutes les sauces.
      Que s’est il passé, Babbush ? L’émotion ou le frisson d’enfin ‘tenir’ un sioniste qui daigne vous répondre ?

      Je suis même au regret , mais pas surpris, de vous trouver particulièrement insultant ce qui me laisse à penser que vous ne savez plus trop quoi dire (mais en ai-je jamais douté ?). La vulgarité est un peu le derniers recours de ceux qui n’ont plus rien à répondre. Remarquez, cela ne m’étonne guère, je n’ai jamais eu le mérite de rencontrer des anti-sionistes un tant soit peu respectueux des normes de politesses ou de bienséances. Mais peut-on exiger des redoublants du dernier rangs d’être bien élevés ? A-t-on jamais vu de la racaille infâme s’aligner au règlement intérieur de l’établissement censé pourtant les sortir de leur médiocrité violente et de leur hostilité crasse ?

      Je vous laisse donc avec vos mensonges et vos fantasmes de complots, qui sentent fort le raclage de fond de tiroir propagandiste (des cas particuliers jetés à la figure, non sourcés, pitoyables, érigés en vérité générale) et je vous souhaite bonne brasse, pataugeant dans la fiente de vos amitiés criminelles parce que malgré toutes vos manipulations historiques, vous n’infléchirez jamais les faits, qui ont souffert d’une illustration tragique hier et ce matin-même:
      Vos amis, pauvres terroristes palestiniens en détresse, qui attaquent des civils israéliens dans des bus et des écoles à Eilat et Ashdod. Plus de 7 morts et 50 blessés graves.
      Voilà qui sont les membres de votre famille.
      Des assassins.

      Je ne vous salue plus. Et je vous plaindrai le jour où je n’aurai plus à sécher les larmes que vos frères font couler par leurs crimes abjects et qui ne resteront pas impunis.
      Que Dieu venge le sang des victimes de Son peuple.

  5. Moi je vous comprends et vous soutiens. Tous ces gens ne se sont comme vous le dites jamais intéressé vraiment à la question et ne font que répéter bêtement la propagande diffusée largement par les palestiniens. Leurs propos reflètent le degré de réflexion qui est le leur. Nous avons beau leur montrer ils trouvent le moyen de dire que la propagande c’est vous.Ils ne voient pas la bête immonde qui se dresse à nouveau comme ils ne l’ont pas vu quand leFIS a voulu prendre le pouvoir en Algérie, préférant accueillir les extrémistes que les intellectuels en quêtes de démocratie. Ils ne l’ont pas vu quand ils ont recueilli Khomeiny comme il ne le voit pas en ce moment dans les révolution volées par la dictature religieuse dans les pays du Moyen Orient. Ce n’est pas grave. Un jour il comprendront souhaitons juste que ce ne soit pas trop tard pour eux comme pour vous.

    • amsellem1 dit :

      Touché par votre commentaire Véronique… Permettez moi juste de vous dire combien je suis surpris par la fin de votre commentaire qui sonne comme une absence de clairvoyance. Je m’attendait à un « pour eux comme pour nous ».
      Car cette situation dramatique ne concerne pas que le Peuple Israël, mais aussi Le monde occidental – La France dans les premiers rangs.
      Je penses que beaucoup de Juifs ressente beaucoup de compassion à l’égard de cette France qui à tant de mal à gérer face à ces défis.
      Sans doute les Juifs de France ont aussi leur part de responsabilité à manquer de détermination pour aider la France à y voir plus claire…

      • je pensais à vous en Israel et quand je disais eux je m’incluais dans ce eux désastreux vu que je suis malheureusement dépendante de la volonté de ceux qui nous dirigent et ce bien malgré moi.

  6. Ping : Bilan 2012: Réseaux sociaux, Cannes et Toulouse « Mise en Trentaine…

  7. léa dit :

    J’apprécie énormément votre article et je le trouve top !
    J’en ai appris plus qu’avec mon programme d’Histoire minable de terminale ES. Pour vous dire je ne l’ai même pas appris m’a prof me l’ayant fait à la va-vite et le rendant inintéressant.
    J’ai toujours été contre le terme de « territoire occupé » et je me mords souvent les doigts en entendant les infos sur les chaînes nationales.
    L’objectivité n’existe plus lorsque les médias parlent d’Israël ! Parce qu’à chaque fois c’est pour l’incriminer; les journalistes ne l’épargnant pas non plus.

    La vidéo est tout juste extra, rien à redire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :