La rue arabe où le sempiternel: si j’échoue c’est à cause des autres…

…Surtout si l’autre s’appelle Israël.

A l’heure où ces lignes sont écrites, personne ne sait quelle tournure vont prendre les évènements qui se passent au Maghreb. Ben Ali et Moubarak renversés, Khadafi sur la corde raide, Mohamed VI chahuté, l’état d’urgence en Algérie, répressions sanglantes au Soudan comme en Iran… Pour y voir ‘moins sombre’, voici un zoom des évènements à date, paru sur le site de La dépêche :

Une bonne tchekchouka comme aurait dit ma grand-mère…

Parmi les nombreux reportages et photographies issues de ces révoltes, j’ai été surpris de remarquer une référence, une référence unique, qui était systématiquement employée par les opposants pour stigmatiser leurs tyrans et susciter davantage de haine parmi la population encore à l’écart.
Une caricature sur l’appétit insatiable des dictateurs pour l’argent ? Non
Un logo de liberté ou de paix ? Non plus
Un symbole de cruauté pour signifier les multiples meurtres opérés par le régime ? Même pas

Qu’est-ce qui pourrait encore plus enflammer et enrager une population arabe, à travers tous ces pays ? Cherchez bien…Toujours rien ?
C’était pourtant pas dur: une étoile de David !

Évidemment !

Tenez, par exemple en Lybie:

En Égypte:

d’ailleurs voici une vidéo des réclamations « démocratiques » de la rue égyptienne: Moubarak doit partir parce qu’il a respecté le traité de paix avec Israël…

Le Grand Rabbinat d’Israël a dû avoir beaucoup de travail depuis décembre 2010 puisque c’est à peu près à cette époque qu’il a découvert (ou qu’a été lancée la folle rumeur, ça dépend de quels côtés de la Méditerranée on se situe) que Ben Ali, comme sa femme Leïla Trabelsi, étaient juifs (pas israélien, non , juifs). Depuis, Moubarak est devenu un agent sioniste et Khadafi serait lui-même un membre éminent du Peuple Élu.
Je ne parle même pas d’Ahmadinejad dont les racines juives sont connus de tout le monde – le monde arabe, s’entend.

On pourrait continuer comme ça longtemps: tel général algérien est aux ordres du Mossad et enfin il est de notoriété publique que « M6 », comme son père, est le pantin du Grand Méchant Lobby Juif International et sa succursale à Rabat, le rabbinat du Maroc.

D’ailleurs cela rejoint l’excellent billet de Ruth Elkrief sur BFM TV qui craint que sous couvert d’appel à la démocratie les braises de l’antisémitisme arabe, déjà bien entretenues, ne déclenchent un autre incendie qui aveuglera une fois encore la populace et favorisera la radicalisation des masses.

Même constat pour l’envoyé spécial d’Hamodia, en Égypte sur la place Tahrir ou étaient scandés des hurlements antisémites (et anti-israéliens cela va sans dire, mais qui s’en étonne aujourd’hui?) et où des graffitis en étoile de David était pratiqués sur les posters officiels de Moubarak.

Idem en Tunisie, où la synagogue ancestrale de El Hamma a été incendié et le mausolée de Rabbi Yossef El Maarabi saccagé. Même vent de violence à Tunis devant la Grande Synagogue et comme le montre cette vidéo (et sans oublier, beaucoup plus tragiquement, le meurtre d’un prêtre catholique polonais) :

Bref, peux-t-on parler de réaction spontanée, irréfléchie ou faut-il y voir une attitude bien ancrée dans les mentalités ?

Israël et les Juifs sont ils devenus les symboles de « l’ennemi », qu’ils soit américain ou européen hier, voire même arabe et musulman aujourd’hui? Est ce que cette population aveuglée par le désir de changement et majoritairement inculte par le manque d’instruction,  n’est-elle pas en train de rejouer la vieille rengaine qu’a connue l’Europe il y a un siècle où le Juif était présenté comme responsable de tous les maux: à la fois communiste,  capitaliste, allié des allemands, fidèle à la France, trop catholique ou pas assez… ?

Voici par exemple un lien d’un site nauséeux où sont associées des notions carrément antinomiques mais que la folie, la haine et la bêtise criminelle parviennent à réunir dans une paranoïa du complot: Le Salafisme et le sionisme. Israël serait un élément de la conquête islamiste dans les pays arabes. Rien que ça. Et ce n’est pas un vulgaire site de fascistes ou de néo-nazis occidentaux qui en parle. Non, c’est un site de musulmans algérien. Rien que le titre fait halluciner: « une islamiste du Mossad » !
Hier c’était Cohen qui était communiste pour les capitalistes tandis que Levy était Keynésien chez les bolcheviques.
Hier, le Juif était coupable, d’où qu’il vienne, où qu’il soit. Aujourd’hui, la Shoah étant passée par là, la haine anti-juive a revêtu le masque de l’antisionisme. Cohen et Levy sont toujours les fautifs, plus parce qu’ils sont juifs, simplement parce qu’ils sont sionistes. On ne brûle pas l’étoile de David, symbole du judaïsme; on icendie juste l’emblème d’un drapeau que l’on abhorre. Pour Cohen, Levy et l’étoile; le résultat est le même. Le mobile a simplement muté. Bref, l’histoire bégaie…

A ceci près, et c’est une différence avec l’antisémitisme du XXe siècle, que lorsqu’on interroge la rue arabe, un leitmotiv revient rapidement dans le discours. Le Juif, pardon, le Sioniste n’est plus seul à bord du bateau pirate qui veut couler le yacht arabe. Les assaillants cette fois sont nombreux, même si c’est le Juif qui demeure le Capitaine. « Oui nous avons vécu sous les régimes dictatoriaux mais ‘on’ nous y a contraint ». Le ‘on’ étant un amalgame d’Occident, de capitalisme, de sionisme, d’islamophobie et il faut l’avouer, de paranoïa. Ces mêmes forces obscures qui auraient retourner leurs dirigeants (devenus agents du Mossad, restés secrètement juif ou sous l’emprise d’un autre délire) contre le peuple.

En fait, si les peuples arabes ont échoués à établir un régime paisible et stable, si des tyrans les ont fait courber sous la dictature, si les écoles sont si rares, si le chômage est si grand, ce n’est pas de la faute des arabes.

Non. C’est la faute de l’Autre.

A ce titre, voici un très intéressant article, paru dans La Règle du Jeu, où Bernard-Henri Levy et Gilles Hertzog rencontrent des personnalités égyptiennes. En particulier un professeur des « Langues O » à Paris qui va leur débiter sa propagande habituelle sur les causes réelles de l’instabilité qui parcourt la région.
Voici en particulier ce que cet orientaliste perturbé leur assène:

« Il nous redit l’engagement ferme et le soutien d’al-Azhar à la révolution démocratique et à la jeunesse égyptienne. Mais sans transition, le professeur nous confie une blessure qui est, nous dit-t-il, celle de tous les Égyptiens : le sort fait aux Palestiniens par Israël, et part dans une violente diatribe contre l’Amérique d’Obama, toujours assoiffée du pétrole arabe, exportatrice rouée, aujourd’hui, de démocratie après avoir soutenu tous les tyrans locaux des décennies durant, ce même Obama qui, il y a quelques mois, tendait ici au Caire la main au monde musulman et à l’islam. Nous l’assurons à notre tour du sort parfaitement injuste fait aux Palestiniens et proposons, dans le même esprit, d’attirer sa solidarité sur le sort tragique fait au moment même où nous parlons par Khadafi aux Libyens et par le président soudanais au Darfour, de plus belle martyrisé. Le professeur s’indigne. Que des Arabes tuent d’autres Arabes, que des musulmans tuent d’autres musulmans, que les morts musulmanes, en Égypte, en Libye, au Darfour se comptent en quelques semaines bien plus qu’en plusieurs années de conflit israélo-palestinien ne semble guère l’émouvoir. Seule la comparaison lui paraît indigne. Qu’un mort en vaille un autre n’entre pas dans l’équation. Une seule victime palestinienne compte X fois plus que cent citoyens libyens massacrés au canon. Et bientôt, alors qu’il incriminait jusque-là l’Amérique et la promotion de pure circonstance de la Démocratie par des thuriféraires bassement intéressés, le professeur s’adresse à nous en passant au « vous ». Il n’est plus question d’Amérique mais de « vous », comme si nous étions peu ou prou son produit, ses représentants, comme si nous étions, à notre infime échelle, responsables nous aussi des maux, majoritairement extérieurs à ses yeux, qui affligent le monde arabe. Que les problèmes de ce monde arabe et musulman, dictatures, mal-gouvernance, détournement des richesses, ainsi que le proclament en ce moment même les Égyptiens haut et fort, soient d’abord dus aux Pouvoirs nationaux qui oppriment les peuples sous leur férule, semble peu entrer en ligne de compte. Regardant l’Histoire nouvelle en train de se faire sous ses yeux avec des lunettes anciennes, le professeur, malgré son adhésion aux évènements en cours, n’a toujours pas compris la révolution démocratique qui secoue l’Égypte et interpelle des centaines de millions de musulmans, de l’Atlantique au Golfe persique. Israël, l’Amérique ne sont plus responsables et le bouc émissaire de tout, l’Occident n’est plus la question. La question en terre arabo-musulmane est : dictature ou démocratie. Elle appartient aux masses concernées, ainsi qu’à tous ceux, en Occident et ailleurs, qui espèrent à leurs côtés. De fait, la sympathie pour le monde arabe n’a jamais été aussi grande en Occident. C’est même un 11 septembre à l‘envers. Le professeur et ses diatribes ont quelque temps de retard.« 

Quel constat de cette rencontre ?

  1. Il est quelque part hallucinant de voir que l’endoctrinement que les dictateurs arabes ont fait subir à leur populations touchent même celles et ceux qui ont eu la « chance » d’avoir un niveau universitaire considérable: même si le dictateur est renversé, son modèle de pensée perdure parmi toutes les couches sociales et intellectuelles. La révolution n’a pas fait bouger les grilles de lectures des arabes qui se considèrent toujours comme victimes tandis que ce ‘reste-du-monde’, objet du complot américano-sioniste, leur en voudrait, à eux, à leur religion et à leur pétrole.
  2. L’alibi (mensonger) des ‘pauvres palestiniens’ servi à toutes les sauces ne respecte même plus les frontières de la décence: afin de détourner l’attention des regards extérieurs et curieux sur les massacres intérieurs et fratricides, il est le paravent systématique, obnibuleux de la misère politique de ces populations, à court d’arguments ou d’explications pour justifier ce fiasco qui à duré depuis toujours.

Il est grand temps que les peuples arabes et musulmans apprennent à assumer leurs dérives et à se responsabiliser. C’est le premier pas pour ne pas retomber dans les travers qui les ont conduit à ne vivre que sous des régimes totalitaires.
Sartre disait que l’enfer c’est les autres. Mais l’enfer ça peut aussi venir de soi-même…

PS: je ne peux m’empêcher de vous faire partager cette fine analyse politique du disgracieux Dieudonné sur les ondes tunisiennes, où entres autres logorrhées , il explique devant des ‘animateurs’ incultes mais gentils en quoi les sionistes maintenaient Ben Ali au pouvoir (à 5:30) . C’est symptomatique de la folie anti-juive que la France et l’Europe laisse prospérer et qui à présent menace de ronger les pays arabes…

Cela en devient même risible puisque cet énergumène s’est rendu en Libye pour …soutenir Khadafi ! Se doute-il quand même que de lourdes présomptions de sionisme planent sur ce dictateur arabe ?

PPS: Dieudonné, OK…mais Seigneur, quand vas tu enfin nous le reprendre ???

À propos trente-trois
Papa encore trentenaire, contrarié et jamais contrariant, je souhaite pouvoir dégager suffisamment de temps pour pouvoir aborder tous les sujets qui me questionnent, m'interrogent et me révoltent (car oui, camarade, ça me révolte). Conscient que cette description est pour le moment inintéressante, je vous engage à œuvrer dans les commentaires qui vont suivre pour en savoir plus...

2 Responses to La rue arabe où le sempiternel: si j’échoue c’est à cause des autres…

  1. Ping : Burkamouflage ! « Mise en Trentaine…

  2. Ping : 11 septembre 2001 – 11 septembre 2011 : Dix ans qui ont vu basculer le monde arabe « Mise en Trentaine…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :