Palestines, Israël, Orient et Judaïsme: c’est pourtant clair, non?

Je viens de relire un texte du mouvement terroriste palestiniens Hamas, dégoulinant de haine comme à son habitude et reprenant un discours du dictateur iranien Ahmadinejad, engageant les populations juives à rentrer « chez elles », comprenez l’Europe ou les États-Unis. Je vous fait grâce du lien. D’ailleurs vous n’aurez aucun mal à trouver des discours similaires sur la Toile…

Je n’arrive pas à saisir au fond comment la situation a-t-elle pu dégénérer à ce point, c’est à dire que désormais la simple présence juive est jugée intolérable pour ces « fous d’Allah » selon l’expression consacrée.

C’est paradoxal sur le fond car lorsque je me replonge dans l’Histoire (ou plutôt les histoires) juive, je ne peux que constater la forte culture orientale du Talmud par exemple. La composante israélite du Moyen-Orient est indéniable. Et cela date d’Abraham !
Il y a eu des synagogues, des centres talmudiques, des écoles sur tout cet immense territoire depuis plus de trois millénaires.
Mahomet lui même se plaisait, dit-on, à fréquenter la communauté juive de Médine (avant de décider de la massacrer).

La pré-séance du peuple d’Israël sur cette région du globe n’est d’ailleurs reniée par aucune religion.
Même les islamistes reconnaissent ce fait avéré. Pourquoi veulent ils changer l’histoire ?

Parti de ce constat, c’est aussi paradoxal en terme d’actions armées car je ne parviens pas à voir où est le problème des islamistes : s’ils veulent éradiquer les juifs de cette région majoritairement musulmane, qu’ils le disent et que cela soit clair. « Nous, musulmans extrémistes, estimons que plus aucun Juif ( et Chrétien, et Bouddhiste, et athée, et païen et..) n’a sa place dans le khalifat en construction ».

Évidemment c’est déjà ce qu’ils proclament, Al-Qaida, en tête.

Mais pourquoi utiliser le prétexte « sioniste » ? C’est inutile: il s’agit ni plus ni mois qu’un Jihad de plus et il doit être considéré comme tel par tout le monde. Point barre.

Les déclarations d’intentions de la part des islamistes sont nombreuses. Ils ne s’en cachent pas. Par exemple dans un sermon du vendredi diffusé sur la télévision du Hamas Al-Aqsa, le 11 avril 2008 Yunis Al-Astal, parlementaire du Hamas a promis aux fidèles que Rome, « capitale des catholiques, ou capitale de Croisés », serait bientôt conquise par l’islam, à l’instar de Constantinople.Rome deviendrait alors « un poste avancé des conquêtes islamiques qui s’étendront dans toute l’Europe avant de se tourner vers les deux Amériques, et même vers l’Europe de l’Est. »

Quel rapport avec Israël ? AUCUN.

C’est l’Europe et le Monde « infidèle » qui intéresse les nouveaux nazislamistes.

Qu’ Israël soit un facteur aggravant de par sa démocratie, son occidentalisation, sa société avancée, c’est concevable mais ça ne peut être la raison première. Sinon pourquoi attaquer des cibles juives à l’étranger ?

Tout simplement parce que leur visée ne se limite pas à Israël mais au monde entier. Leurs prédicateurs ne se lassent pas de le rappeler aux foules enivrés de haine et parfois dangereusement démonstratives. Non sans humour involontaire parfois (que ne remercions-nous pas assez le Ciel de les avoir fait si abrutis…)

(Notez au passage qu’il n’en veut pas aux israéliens ou aux sionistes, non, c’est clair: ce décérébré veut la mort de TOUS les juifs.)

Fomenter des attentats dans des centres juifs en Argentine, dans des synagogues à Paris, dans des lieux de pèlerinages comme la synagogue de la Ghriba à Djerba, dans un centre Habad pour touristes à Mumbai, ce n’est pas lutter contre l’existence même d’Israël ou encore éradiquer la présence juive en Terre d’Islam .

C’est éradiquer les juifs tout court. Cela va donc bien au-delà d’une vulgaire contestation territoriale.

Le plan est suffisamment clair: l’effacement du judaïsme mondial pur et simple.
Tass Saada, ancien proche de Yasser Arafat ne révèle pas autre chose dans son livre « Je combattais avec le Fatah ». Sa devise en tant que palestinien était (et demeure quoique certains naïfs en pensent) : «Seul un Juif mort est un bon Juif.»

A ceux qui pensent naïvement que le Coran permet la coexistence inter-religieuse, je leur réponds, certes et cela fera sans doute l’objet d’un nouveau billet. Mais en attendant et au vu des innombrables et dramatiques attentats antisémites, du fait même de ceux qui se réclament de ce livre, comment croire alors que, sans Israël, les juifs pourraient librement pratiquer leur culte? Alors que ce même culte est visé de par le monde ?

Se fier au « passé glorieux d’œcuménisme fraternel » ? Celui de la dhimmitude ? celui des massacres en Terres d’Islam ? Celui de la confiscation des lieux saints du judaïsme à Jérusalem pendant presque 5 siècles ?
Pourquoi ne pas relire la vie de Maïmonide, qui pour avoir été médecin du Sultan, a aussi échappé aux hordes sauvages des Almohades. Qu’il y ait eu des périodes de paix est un grand mot. Il faudrait davantage parler d’accalmies.

Il n’y a pas de tergiversations ou de négociations possibles avec une mouvance qui aspire précisément et pathologiquement à votre destruction.

Et il n’est question ni de revendications territoriales, ni de justice « ONUsiénne », ni d’humanitarisme à la petite semaine.
Clairement ce ne sont pas les messages en tous cas que les terroristes islamistes envoient à leurs victimes.
Leur message est bien plus crapuleux et ne se revêt d’aucune noblesse.
C’est un Jihad nazi.
Ni plus ni moins.
Sans l’intelligence criminelle du Fürher et encore moins la puissance industrielle du IIIe Reich. Mais avec une bombe démographique impressionnante. Riche. Manipulable. Et mondiale.

Pour moi, encore une fois, comment l’opinion publique persiste-t-elle à penser qu’Israël doit faire des « efforts supplémentaires » pour pacifier la région ?
Les ennemis de Sion sont-ils à ce point étrangers aux nôtres ?

Le Hamas, le Jihad Islamique, le Hezbollah pro-iranien, l’ex-OLP j’en passe et des pires ont ils déjà montré la moindre retenue envers l’Europe en général ou la France en particulier ?

Avons nous déjà oublié Londres, Madrid, le RER B à Saint-Michel, les attentas à Tati et aux Galeries Lafayette et ceux contre nos soldats de la Paix au Liban ?

Où est le problème ? Comment ne pas voir que le combat de survie que mène Israël est un avant-goût du nôtre si nous continuons à ne pas comprendre l’enjeu de cette confrontation ?

Partant de ce principe, nous pouvons clarifier la situation « au Moyen Orient » – notez bien l’arrogance de mon propos ;-)…mais jugez aussi son argumentaire.

Il y a d’un côté une mouvance terroriste, se légitimant du Coran, qui prétextant l’existence de l’état d’Israël, œuvre sur le plan international.
Et de l’autre un front désorganisé, complexé et nerveux de pays ou gouvernements – schématiquement qualifiés d’Occidentaux (tandis que l’Inde ou l’Australie par exemple en font partie) qui parviennent tant bien que mal à contenir – pour le moment- l’islamisme galopant. Mais cet « axe du bien » (formule ô combien imméritée) paie un prix lourd dans cette guerre qui ne dit pas son nom: il sacrifie ses valeurs en abandonnant le symbole même qui le représente. Israël.

La question est pourquoi?

Première tentative de réponse: Israël rappelle par son comportement tous les vieux démons, jamais réellement guéris, de nos sociétés éprises de libertés consensuelles. Nous projetons sur ce minuscule pays nos affres intérieurs et notre passé colonialiste. On essaie, sans risquer grand chose, de se racheter de notre silence (et notre complicité active)  lors de l’Apartheid sud-africain. Enfin, quel soulagement!, on peut aussi condamner ceux que nous avons exterminé à Auschwitz, Treblinka, Sobibor , Maidenek…

Pour toutes ces raisons, Isra-Heil, doit consciencieusement être coupable. Démontrer honnêtement que cette propagande calomnieuse est pur mensonge est inutile. Les monstres immondes de l’antisémitisme ressurgiront de plus belles, enhardis par les théoriciens du complot d’ici ou là.
Il est donc normal, attendu, logique, qu’Israël soit en première ligne et subisse la vague de terreur islamiste. C’est son châtiment pour … nos crimes à nous.

Deuxième tentative: pour éviter une déflagration internationale.
C’est soutenable. Aucun pays ne peut lutter contre une guérilla urbaine. Qui est devenue la spécialité de l’autre bloc, avec ses kamikazes et ses 72 vierges (ou ‘dattes blanches’ selon la traduction de « houri » – non, ne riez pas je vous prie…mais je laisse aux arabisants le soin de contredire ce que reprend le Quid).
Israël jouerait donc le rôle du temporisateur: en attendant qu’on s’occupe de façon globale du problème, les israéliens doivent concentrer toutes les tentatives d’attentats, payer toutes les attaques et, afin d’éviter tout débordement, il faut même que ce nouvel bouc-émissaire ne se renforce pas (et comme dans le cas d’Israël c’est assez difficile) ou tout du moins l’empêcher qu’il se défende.

Une sorte de victime expiatoire mais qui surtout occupera l’ennemi le temps qu’on s’organise.

Diantre ! c’est un peu court jeune homme !
Évidemment ce schéma est caricatural mais ce modèle a le mérite d’éclairer la situation.

Exemple:
Israël reçoit des missiles Katioucha pendant 8 années, déploie un véritable génie pour protéger ses citoyens, dépense énormément dans les abris anti-missiles, soutien médicalement les enfants apeurés et les dégâts psychologiques d’une population sur le qui-vive.
L’opinion internationale s’en moque.
Vraiment. Littéralement.
C’est à dire diminue les effets de ces bombardements en avançant que « seulement » une dizaines de morts civiles sont à déplorer. Quant aux blessés parfois handicapés à vie, pas un mot.

La blague, en somme.

Qu’Israël se décide enfin de réagir (« Enough is enough » dixit Tsipi Livni), et voici les gouvernements bien-pensants hurler à la réponse disproportionnée – entendez – il n’y a pas assez de morts israéliens pour que leurs consciences soient satisfaites. On réclame du sang. Beaucoup de sang. Encore plus de sang.

Les cas du Mur de Sécurité est aussi un excellent exemple : Qui n’a pas été outré de ce « nouveau Mur de Berlin » (appréciez la comparaison thématique et géographique), ce « mur de la honte » qui à l’insigne outrage de réduire quasiment à néant les attentats visant les civils israéliens _ qui ne doivent encore une fois leur salut qu’à eux-mêmes.

D’autres cas d’applications sont malheureusement disponibles. Et répondent à ce modèle.

Vous voyez, on maintient bien Israël pour cristalliser la haine islamiste. Et l’on intervient en douce pendant ce temps.
Ce même temps où des bus explosaient à Tel Aviv, où des écoles brulaient à Jérusalem, où des cafés partaient en fumée à Haïfa.

Qu’est ce qui n’est pas clair ?

  1. Les islamistes ne s’intéressent aucunement au « drame » palestinien – bien plus enviable que celui du Darfour par exemple.
  2. Ils veulent instaurer un Khalifat, nettoyé de toute présence infidèle – ce qui est une menace claire.
  3. On « sacrifie » nos valeurs en lâchant Israël, tel un os à ronger – histoire de s’organiser et de gagner du temps.

Et la Palestine dans tout ça ? N’est ce pas le cœur du problème ?

J’essaierai de faire part de mes interrogations plus tard, mais encore une fois, la situation est limpide.

Il n’y a pas de Palestine. Il y a aujourd’hui des Palestines : la bande de Gaza et la Cisjordanie.
le Hamas d’un côté: dictature islamique, charia, exécution publique et élimination de toute opposition. Plus d’élections. Un pays arabe en somme.
L’autorité Palestinienne de l’autre côté: corruption, guerres intestines, assassinats politiques, délégitimation du pouvoir. Fraudes électorales institutionnalisées. Un pays balkanisé en gros.

Pas de continuité territoriales: les deux superficies sont hermétiquement distantes.

Continuer à parler d’une seule entité « palestinienne » c’est encore participer à cet aveuglement collectif qui n’a pour but que de ne pas alarmer les populations civiles.
Parce qu’au fond , oui, moi comme vous, sommes les cibles annoncées de ce nouveau conflit.

C’est pourtant tellement clair…

À propos trente-trois
Papa encore trentenaire, contrarié et jamais contrariant, je souhaite pouvoir dégager suffisamment de temps pour pouvoir aborder tous les sujets qui me questionnent, m'interrogent et me révoltent (car oui, camarade, ça me révolte). Conscient que cette description est pour le moment inintéressante, je vous engage à œuvrer dans les commentaires qui vont suivre pour en savoir plus...

One Response to Palestines, Israël, Orient et Judaïsme: c’est pourtant clair, non?

  1. Ping : Israël est condamné à faire le sale boulot « Mise en Trentaine…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :